Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : GSF
  • GSF
  • : blog de la fraternité Saint François
  • Contact

Cholettre

Contact

24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 06:32
le Pape François en 40 phrases

L'agence I.Media (reprise par l'Apic) a compilé quarante phrases marquantes du pape François. Depuis le début de son pontificat, il n'hésite pas à choisir des mots et des formules trempés dans du produit décapant. Et, en orateur efficace, il sait aussi surprendre avec des expressions teintées d'humour, d'autodérision, ou de métaphores décomplexées... qui font le délice des médias et secouent les fidèles. Ces 40 petites phrases papales ont été prononcées lors des messes du matin, lors des audiences générales ou de diverses rencontres au Vatican, mais aussi lors de ses premiers déplacements. Les passages en gras ont été choisis par LaVie.fr.

"Je voudrais donner la bénédiction, mais auparavant, je vous demande une faveur: avant que l’évêque bénisse le peuple, je vous demande de prier le Seigneur afin qu’Il me bénisse: la prière du peuple, demandant la bénédiction pour son évêque", 13 mars, première apparition du pape François.
"Nous pouvons édifier de nombreuses choses, mais si nous ne confessons pas Jésus-Christ, cela ne va pas. Nous deviendrons une ONG humanitaire, mais non l’Eglise, épouse du Seigneur", 14 mars, première messe, chapelle Sixtine.
"Comme je voudrais une Eglise pauvre, et pour les pauvres", 16 mars, audience aux journalistes.
"Dieu ne se lasse pas de nous pardonner si nous savons revenir à lui avec le cœur contrit", 17 mars, premier Angélus.
"N’oublions jamais que le vrai pouvoir est le service et que le pape lui aussi, pour exercer le pouvoir, doit entrer toujours plus dans ce service qui a son sommet lumineux sur la Croix", 19 mars, messe d’inauguration du pontificat.
"Le bois de la Croix est le trône de Jésus", 24 mars, messe du dimanche des Rameaux.
"Soyez des pasteurs avec 'l’odeur de leurs brebis', au lieu d’être des pasteurs au milieu de leur propre troupeau", 28 mars, aux prêtres lors de la messe chrismale.
"L’Eglise ne peut pas être une baby-sitter qui prend soin d’un enfant pour qu’il s’endorme. S’il en était ainsi, ce serait une Eglise assoupie", 17 avril, messe à la Maison Sainte-Marthe.
"Le confessionnal n’est pas une teinturerie qui ôte les taches des péchés, ni une séance de torture où l’on inflige des coups de bâton. La confession est la rencontre avec Jésus au cours de laquelle on touche du doigt sa tendresse", 29 avril, messe à la Maison Sainte-Marthe.
"N’ayons pas peur des engagements définitifs, des engagements qui impliquent et concernent toute la vie", 4 mai, prière du chapelet, basilique Sainte-Marie-Majeure.
"La joie est un don du Seigneur. Ne soyez pas de ces chrétiens mélancoliques qui ont davantage le visage de piments au vinaigre que ces personnes qui sont joyeuses et ont une belle vie", 10 mai, messe à la Maison Sainte-Marthe.
"Il y a trop de chrétiens de salon, ceux pour lesquels tout va bien, mais qui n’ont pas en eux l’ardeur apostolique", 16 mai, messe à la Maison Sainte-Marthe.
"Je voudrais vous faire un petit reproche, mais fraternellement, entre nous. Vous avez tous crié sur la place 'François, François, le pape François !'. Mais Jésus où était-il ? Moi, j’aurais voulu que vous criiez: 'Jésus, Jésus est le Seigneur, et il est au milieu de nous !", 18 mai, veillée de prière avec les mouvements ecclésiaux.
"Nous ne pouvons pas devenir des chrétiens amidonnés qui parlent de théologie en prenant tranquillement leur thé. Nous devons aller chercher ceux qui sont la chair du Christ, à savoir les pauvres", 18 mai, veillée de prière avec les mouvements ecclésiaux.
"Notre Dieu n’est pas un Dieu 'aérosol', il est concret, ce n’est pas une personne abstraite, mais il a un nom: 'Dieu est amour'", 26 mai, Angélus.
"L’Eglise est une famille dans laquelle on aime et on est aimé", 29 mai, audience générale.
"Avec une tête d’enterrement, vous ne pouvez pas annoncer Jésus", 31 mai, messe pour le 50e anniversaire de la mort du bienheureux Jean XXIII.

"N’ayez pas honte de vivre avec le scandale de la Croix", 1er juin, messe à la Maison Sainte-Marthe.
"Lorsque l’on jette de la nourriture, c’est comme si l’on volait la nourriture à la table du pauvre, à celui qui a faim !", 5 juin, audience générale.
"Le chrétien est un homme spirituel, et cela ne signifie pas qu’il soit une personne qui vit 'dans les nuages'. Le chrétien est une personne qui pense et agit dans la vie quotidienne selon Dieu", 16 juin, messe pour la journée Evangelium Vitae.
"Le Seigneur veut que nous soyons des pasteurs, pas des brosseurs de brebis! Quand une communauté est fermée, elle n’est pas une communauté qui donne vie. C’est une communauté stérile", 17 juin, discours aux participants du congrès ecclésial de Rome.
"La prière n’est pas une chose magique ; on ne fait pas de magie avec la prière", 20 juin, messe à la Maison Sainte-Marthe.
"La guerre est folie. C’est le suicide de l’humanité", 20 juin, messe à la Maison Sainte-Marthe.
"La culture du bien-être, qui nous amène à penser à nous-même, nous rend insensibles aux cris des autres, nous fait vivre dans des bulles de savon, qui sont belles, mais ne sont rien; elles sont l’illusion du futile, du provisoire, illusion qui porte à l’indifférence envers les autres, et même à la mondialisation de l’indifférence", 8 juillet, messe à Lampedusa, en Italie.
"Les enfants et les personnes âgées construisent l’avenir des peuples ; les enfants parce qu’ils feront avancer l’histoire, les personnes âgées parce qu’elles transmettent l’expérience et la sagesse de leur vie", 26 juillet, Angélus, Rio de Janeiro.
"Chers jeunes, s’il vous plaît, ne regardez pas la vie du balcon, mettez-vous en elle, Jésus n’est pas resté au balcon, il s’est immergé; immergez-vous en elle comme l’a fait Jésus", 27 juillet, veillée de prière des Journées mondiales de la jeunesse, Rio de Janeiro.
"Je vous demande d’être révolutionnaires. Ayez le courage d’aller à contre-courant. Et ayez aussi le courage d’être heureux", 28 juillet, discours aux volontaires des JMJ, Rio de Janeiro.
"Ne vous laissez pas voler l’espérance. Qu’on ne nous vole pas l’espérance, parce que cette force est une grâce, un don de Dieu qui nous porte en avant, en regardant le ciel", 15 août, messe de l’Assomption à Castel Gandolfo.
"Celui qui, dans une communauté, cancane contre un frère finit par vouloir le tuer", 2 septembre, messe à la Maison Sainte-Marthe.
"Dieu a voulu qu’au centre du monde il n’y ait pas une idole, mais l’homme, qui fait avancer le monde par son travail. Mais maintenant, au centre de ce système sans éthique, il y a une idole, et le monde idolâtre à présent ce 'dieu-argent'", 22 septembre, rencontre avec le monde du travail, à Cagliari, en Sardaigne.
"Pas de découragement! Ne jamais baisser les bras, ne jamais aller acheter de consolation de mort, jamais! Avancez avec Jésus! Lui n’échoue jamais, lui ne déçoit pas, lui est loyal!", 22 septembre, rencontre avec les jeunes, Cagliari.
"60 ans sur la route du Seigneur! Je n’ai jamais regretté! Pourquoi? Parce que je me sens comme Tarzan et que je suis fort pour aller de l’avant? Non, parce que toujours, même dans les périodes les plus sombres, j’ai regardé Jésus et je lui ai fait confiance et il ne m’a jamais laissé seul", 22 septembre, rencontre avec les jeunes, Cagliari.
"On ne peut pas connaître Jésus 'en première classe' ou dans la tranquillité, encore moins en bibliothèque. Jésus on ne le connaît que sur le chemin quotidien de la vie", 26 septembre, messe à la Maison Sainte-Marthe.
"Je préfère mille fois une Eglise accidentée, et non une Eglise malade! Une Eglise, un catéchiste qui a le courage de courir le risque de sortir, et non un catéchiste qui étudie, qui sait tout, mais toujours fermé: celui-là est malade", 27 septembre, congrès international des catéchistes.
"Si nous faisions un christianisme plus humain, sans croix, sans Jésus, sans dépouillement, nous deviendrions des chrétiens de pâtisserie, comme de beaux gâteaux, comme de belles confiseries !", 4 octobre, rencontre avec les pauvres, les chômeurs et les immigrés assistés par la Caritas, à Assise, en Italie.
"Je donne toujours ce conseil aux nouveaux époux: Disputez-vous autant que vous le voulez. Si les assiettes volent, laissez-les. Mais ne laissez jamais la journée finir sans faire la paix!", 4 octobre, rencontre avec le clergé, les consacrés et les membres des conseils pastoraux, Assise.
"Le premier devoir de la vie c’est la prière, pas une prière comme des perroquets, mais la prière faite avec le cœur", 8 octobre, messe à la chapelle de la Maison Sainte-Marthe.
"Suis-je un chrétien 'par à-coups', ou suis-je un chrétien toujours? La culture du provisoire pénètre aussi dans la vie de la foi. Dieu nous demande de lui être fidèles", 13 octobre, messe pour la journée mariale.
"Dieu ne nous sauve pas seulement par un décret; il nous sauve par la tendresse, il nous sauve par les caresses, il nous sauve par sa vie", 22 octobre, messe à la Maison Sainte-Marthe.
"Retenons-nous la Foi pour nous, comme un compte en banque, ou savons-nous la partager par le témoignage, l’accueil et l’ouverture aux autres ?", 27 octobre, messe du pèlerinage des familles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires