Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : GSF
  • GSF
  • : blog de la fraternité Saint François
  • Contact

Cholettre

Contact

19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 23:06

Le dimanche matin, très tôt, Marie va au tombeau, comme nous qui allons chaque dimanche à l'église, le matin tôt, plein d'enthousiasme et d'attentes. Comme elle nous avons du mal à reconnaître Jésus, présent dans la communion des fidèles, dans la Parole, dans l'Eucharistie.

Une fois que Marie a reconnu Jésus, son étonnement et sa joie se transforment en un élan missionnaire qui la pousse à amener les deux disciples au tombeau. Parmi eux, Jean, le disciple aimé voit et croit.

Ce n'est pas si facile de reconnaître Jésus, de voir et de croire. Les disciples eux-mêmes ne le reconnaissent pas tout de suite, peut-être parce qu'il ne correspond pas à l'image qu'ils se font du Messie : un guerrier, un chef du peuple, un politicien, un héros...

Nous aussi nous pouvons avoir du mal à reconnaître Jésus si notre vision du Messie n'est pas claire, c'est pourquoi la Résurrection est bien plus qu'un événement historique inattendu, c'est une révélation de la véritable identité de Jésus.

Le dimanche de Pâques nous permet de regarder et de comprendre la réalité d'une manière différente, une réalité où la mort et la haine sont vaincues. La résurrection de Jésus purifie nos yeux de toute rivalité, peur, et fausses attentes de Dieu.

La résurrection de Jésus, que nous revivons à chaque eucharistie dominicale, n'est pas seulement la rencontre avec celui qui est revenu d'entre les morts, mais elle nous fait découvrir un monde nouveau où la vie, l'amour et le pardon ont triomphé définitivement; un monde où se manifeste la fidélité de Dieu annoncée par l’Écriture.

Et pourtant le signe de ce monde nouveau est un tombeau vide, ce que voient les deux disciples n'est jamais que le signe d'une absence. Nous nous trouvons nous-mêmes dans une société où Dieu semble avoir disparu... L'absence nous permet de faire l'expérience d'un Dieu qui n'est pas toujours conforme à nos attentes, elle est le signe d'une présence différente, plus réelle encore, une présence que nous ne pouvons appréhender que dans la foi, comme le dit l’Évangile : « il vit et il crut »

Dans notre prière, demandons aujourd'hui que le Seigneur nous ouvre les yeux pour voir et croire qu'un monde nouveau est en train de se construire, un monde où le pardon, la joie et l'amour enlèvent toute tristesse et laissent place à la confiance. Retournons chez nous après avoir vu et croyons !

Partager cet article

Repost 0
Published by GSF