Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : GSF
  • GSF
  • : blog de la fraternité Saint François
  • Contact

Cholettre

Contact

23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 20:00
James Foley : "Tout cela n'avait aucun sens. Mais la foi, elle, en avait un."

James Foley est avant tout connu pour son métier de correspondant de guerre ; or, ces derniers temps, son assasinat par les jihadistes l'a rendu tristement célèbre.

Ce journaliste n'en reste pas moins un catholique qui n'oublia pas Dieu dans les épreuves ; ces extraits d'une de ses lettres en témoignent:

"J'ai prié pour que ma mère sache que j'allais bien", confiait-il alors. J'ai commencé à prier le rosaire, c'est ce que ma mère et ma grand-mère auraient prié. J'ai dit dix Je vous salue Marie entre chaque Notre Père. Cela m'a pris longtemps, environ une heure, pour compter cent Je vous salue Marie à genoux. Et cela m'a aidé à garder l'esprit clair. (…) Cela m'a redonné de l'énergie de parler de mes faiblesses et de mes espoirs, comme dans une conversation avec Dieu,  plutôt que silencieux et seul. (…) Ma dernière nuit à Tripoli, j'ai eu ma première connexion au Net en 44 jours, et j'ai pu écouter le discours qu'avait fait Tom Durkin à la veillée de Marquette. L'église était pleine d'amis, de camarades, de prêtres, d'étudiants... J'ai écouté le meilleur discours qu'un frère puisse faire pour un autre, signe d'un cœur généreux, symbole des efforts et des prières des gens. Et la prière était en quelque sorte la colle qui a permis à ma liberté de prendre forme. Une liberté  intérieure d'abord, puis le miracle d'avoir été libéré dans une guerre dans laquelle le régime n'avait pas de raison réelle de nous faire libérer. Tout cela n'avait pas de sens, mais la prière en avait."

Partager cet article

Repost 0

commentaires