Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : GSF
  • GSF
  • : blog de la fraternité Saint François
  • Contact

Cholettre

Contact

17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 23:56

Lettre de liaison des jeunes amis des Franciscains Conventuels de France-Belgique.

 

J’étais tout gosse, un « gone » comme on dit chez nous à Lyon.

Cette femme était une amie de mes parents, qui devint bien vite la mienne et aussi celle de ma sœurette, pour autant que je me souvienne.

Elle venait souvent à la maison. En fait, dans ma conscience d’enfant, quand elle était là c’était comme si elle n’y était pas, tellement elle était discrète ; et quand elle n’y était pas, c’était comme si elle n’était jamais partie, tellement sa présence imprégnait les murs-même, avec ce parfum de femme qui demeure longtemps, longtemps après.


Comment te dire ce que je ressentais : toi aussi tu as dans ta famille l’oncle Albert avec ses moustaches invraisemblables ou la cousine Elka avec son rire cristallin ; ces gens que l’on n’oublie jamais, hors du commun et quotidiens, invisibles piliers indispensables. Elle, elle participait volontiers à la prière familiale, par exemple ; et dans ma naïveté d’enfant, je savais infailliblement qu’elle était dans les bons plans pour aider papa à choisir sa nouvelle voiture et qu’elle donnait les justes conseils à maman pour corriger les copies de ses élèves ; car à moi aussi, elle savait m’aider en tout (gouvernante, animatrice, amie): pour faire mes devoirs, pour choisir mes (petites) voitures à moi, pour faire ma peinture et elle est même venue nous souhaiter la bonne nuit, à moi et à mon manou marron, complicement enlacés au creux du lit. Elle savait même jouer aux billes…


Ce qui me touchait le plus dans ma très consciente inconscience d’enfant c’était sa noblesse d’âme. En fait, c’est comme cela que j’aurais pu me représenter une reine, comme celle que je voyais dans mes grands livres de contes ; mais tout cela se mélangeait dans ma tète car elle savait rester très discrète, simple, et pourtant lorsqu’elle arrivait chez nous la joie emplissait la maison. Vêtue donc comme une princesse mendiante, comme ces femmes d’aujourd’hui qui s’habillent chez Emmaüs-Cardin, froufroutant de simplicité et de soleil, elle passait partout, dans les méandres des détails comme dans les portails des décisions importantes; et je voyais bien que c’était une personne très riche, lorsque nous allions chez elle dans sa maison de campagne, au Pipet, au sud de Lyon, où elle invitait en même temps que nous, pour faire la fête, une foultitude d’amis, dont je n’étais, étrangement, pas jaloux…

 

Je ne sais quel âge j’avais, donc, à l’époque, puisque l’enfance n’a ni âge ni époque. Mais comme tous les gosses et les gones je voyais arriver Noël avec ravissement et délices, et elle, encore elle, nous apportait toujours les plus beaux cadeaux; et cette année-ci encore, elle m’a demandé ce que je voulais, pour Noël ; et cette année-ci encore, avec mon cœur de gosse et de gone, je lui ai demandé : « encore une fois ton Fils Jésus, comme chaque année » : « Merci Marie ! ».

 

Joyeux Noël !!!

 

 

Frère Daniel-Marie

  • Des infos sur notre mission de Bruxelles sur saintantoine.info

  • Et du toujours mieux sur gsf.over-blog.com

  • Chapitre des Ados du 23 au 26 février

  • Le bulletin d’inscription pour le « Chapitre des Familles » à Assise est on line sur http://chapitreassise2013.com : montons à la Montagne du Seigneur!!!

Partager cet article

Repost 0
Published by GSF - dans Fraternité
commenter cet article

commentaires