Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : GSF
  • GSF
  • : blog de la fraternité Saint François
  • Contact

Cholettre

Contact

7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 06:00

trouvé sur rue 89 :

 

Quelques propriétaires parisiens proposent des locations à des prix bien inférieurs à ceux du marché. Charité chrétienne pour les uns, avantages fiscaux pour les autres... leurs motivations varient, mais tous changent le quotidien de leurs locataires.

Chambre de bonne de 9 m2, à côté du jardin du Luxembourg, 80 euros par mois. Trop beau pour être vrai ? Pas pour Slaven, ancien SDF qui a troqué l’entrée du parking, en bas de l’immeuble, pour le sixième étage.

La propriétaire, Anne Morin, 87 ans, habite un 200 m2 peuplé de plantes vertes et de bibelots chrétiens, en haut de la rue d’Assas dans le VIe arrondissement de Paris. Habituée de la paroisse Notre-Dame-des-Champs, ce fut longtemps à travers elle qu’elle loua cette chambre.

 

Puis, il y a une dizaine d’années, la chambre se libère. Son mari et elle proposent alors à Slaven de venir l’occuper. Anne :

« Je l’avais déjà repéré, on avait sympathisé, je lui parlais souvent dans la rue. Il vient de temps en temps manger et prendre une douche. Je lui donne aussi parfois quelques courses à faire pour moi. Nous avons une très bonne relation. »

Il lui paye en liquide un loyer dont le montant n’a pas changé en dix ans.

Pas de peur chez cette dame âgée : sa démarche lui semble tout à fait naturelle. Ce sont les autres qui ont des demandes « étonnantes » :

« On habite dans un quartier favorisé, et mon mari et moi ne comprenions pas que les gens louent à des prix si forts leur chambre de bonne. S’ils la louent 500 euros par mois, cela leur fait 6 000 euros de revenus par an. Dans un quartier bourgeois comme le nôtre, les gens ne sont pas à 6 000 euros près ! »

 

Les copropriétaires n’ont pas toujours vu d’un bon œil l’arrivée d’un SDF dans leur immeuble. Cela fait sourire Anne, avec malice :

« Je suis passée pour une illuminée auprès de l’assemblée des copropriétaires. Mais finalement, tout le monde est très aimable et même plus souriant depuis. »

Difficile de ne pas admirer cette vieille dame, qui ne comprend pas qu’avec la crise du logement,« certaines chambres de service dans l’immeuble servent de vide-greniers à des propriétaires, alors qu’il suffirait de quelques travaux pour les réhabiliter ».

Elle ne désespère cependant pas totalement des habitants du quartier : « Boulevard Raspail, une dame loue une chambre 1 euro par mois », s’enthousiasme-t-elle.

En plus de la chambre de bonne louée 80 euros, Anne prête gratuitement une mini-chambre :

« Je dispose d’un cagibi juste assez grand pour y mettre un lit, une chaise, une petite table et un lavabo. Je demandais 12 euros par mois au début puis j’ai arrêté.

Un médecin algérien venu pour poursuivre ses études y habite, je ne le croise presque jamais, mais il a été très gentil pour mon mari quand il était malade. »

Elle espère que plus de propriétaires de son quartier opteront pour cette option sociale. « Surtout qu’ils peuvent aujourd’hui être aidés par une association », précise-t-elle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires