Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : GSF
  • GSF
  • : blog de la fraternité Saint François
  • Contact

Cholettre

Contact

/ / /

tau3

L’obéissance et le Saint Esprit

 

Comment l’obéissance constitue Jésus comme Sauveur

Deviens ce que tu dois être : c’est dans la fidélité à ta vie quotidienne que tu reçois la Force

 

(N.B. : cet enseignement est sous forme de notes : c’est bon pour la gym du Coeur)

 

Ps 39, 7-8 :

Tu ne voulais ni sacrifice ni oblation

Tu m’as ouvert l’oreille (obéissance du cœur !)

Tu n’exigeais ni holocauste ni victime (c’est à dire rien d’extérieur à moi, mais tout moi-même)

Alors j’ai dit : « voici je viens »

 

Car c’est de moi qu’il est question dans le rouleau du Livre :

De faire tes volontés

Mon Dieu j’ai voulu ta loi au profond de mes entrailles

 

Lettre aux Hébreux (10,5-10) : l’auteur cite ce passage en l’appliquant à l’obéissance du Christ.

N .B. (v.10) : c’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés par l’oblation du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes. La volonté du Père est donc de nous rendre saint comme il est saint, par l’obéissance du Fils. Entrer dans cette obéissance, c’est non seulement en recevoir les fruits, mais participer à son sacrifice rédempteur au profit de tous les hommes.

 

Je vais maintenant vous parler de Marie ; je prends ici Marie sous l’aspect de disciple de Jésus, sa première disciple. Elle a appris à son contact, elle appris par anticipation. De toutes façons, lorsqu’on parle de Marie, c’est toujours en référence à Jésus.

Obéissance de Marie à l’annonciation (Lc 1, 26s.) : « Je suis la servante du Seigneur, qu’il m’advienne selon ta parole » (v.38). Marie est la mère de celui qui s’est fait obéissance. Elle obéit car elle est la Mère de Celui qui obéit.

Grâce à son cœur qui écoute, Marie est sans cesse prête à l’obéissance ; elle a un cœur qui craint Dieu ; dans la Bible, crainte = obéissance amoureuse. La crainte de Dieu est une attention à la volonté de Dieu car on a conscience de sa toute puissance et en même temps de son amour infini : sa toute puissance réside dans son amour.

Et l’ange la quitta : quand tu as dit que tu voulais obéir, tu as tout dit ; Dieu peut accomplir son œuvre. Sa volonté va se révéler dans ta vie, s’incarner comme Jésus en Marie.

 

Joseph : obéissance à Dieu (annonciation de Joseph : ne crains pas de prendre pour épouse = ne crains pas d’accueillir ce que tu ne comprends pas, de voir dans les évènements la trace de Dieu) ; ainsi Jésus peut obéir à Joseph juste et obéissant.

P. Pio : « si tu obéis au Saint Esprit, le Saint Esprit t’obéit »

 

Présentation de Jésus au temple :

obéissance à la Loi qui provoque la prophétie et

qui annonce l’accomplissement des promesses, en accomplissant la Loi et en la dépassant.

fidélité et constance de ces deux vieillards

 

Enfance (Lc 2,39-52) : 12 ans, sagesse ; il leur était soumis : médiation familiale de Sagesse

« Il leur était soumis » : pourtant dans la pleine connaissance de sa filiation divine. La désobéissance est la perte de l’identité filiale. Tout en sachant qu’il est Fils du Dieu Très-Haut et parce qu’il sait et que son Père du Ciel guide toutes les médiations, Jésus choisit l’obéissance à son père de la terre ; vous allez me dire : JOSEPH c’est quand même une médiation excellente, la meilleure médiation possible ; c’est vrai ; mais le saut de qualité entre une paternité directement divine et une médiation humaine est incommensurable ; de même alors nous aussi nous pouvons accepter dans la foi la différence entre une médiation archi-parfaite, celle qui ne se tromperait jamais, et celles que nous avons sur la terre ; c’est le même saut de qualité, la même confiance qui nous est demandée, car c’est la même sagesse du Père qui nous remplit de sagesse et de confiance à travers ces médiations de sa paternité ;

… et puis… la véritable obéissance est garantie de la plénitude de la liberté, de notre autonomie : cfr François d’Assise qui obéissait tout en suivant son intuition absolue… Cfr Jésus qui se permet une fugue bénie à l‘âge de 12 ans. Pourquoi fugue bénie ? Parce qu’une fugue de l’Enfant Jésus ne peut être qu’une sainte fugue. Mais aussi parce qu’elle manifeste l’obéissance à 2 paternités : la paternité du Père du Ciel et l’obéissance à la paternité de JOSEPH.

Elle nous montre qu’il y a une obéissance en nous qui est radicale : pour Jésus c’est manifester le Père car il est la Parole (nous aussi nous sommes Parole de Dieu pour les autres, leur évangile !). Venant de faire sa Bar-mitsva, le passage à l’âge adulte, il devient la Parole adulte qui est capable de manifester le Père dans toute sa sagesse et d’ébahir les docteurs de la Loi.

Ici Jésus manifeste l’obéissance radicale à sa mission, à sa vocation. Quelle est ta mission, ta vocation ? Nous avons tous une mission/vocation générale qui est d’accueillir l’amour du Père et de le donner ; mais ensuite nous avons une mission/vocation particulière, donnée à chacun :

* état de vie (parents, pasteurs, prêtres, religieux, célibataires pour Dieu) ;

* mission dans le monde : métier, appel à évangéliser d’une façon spéciale

* talents, capacités, dons qui déterminent notre façon de faire.

As-tu déjà reconnu cet appel radical ? Et comment le vérifies-tu ou comment le découvres-tu ? Tout simplement en vivant à fond ce que tu comprends maintenant, en choisissant le plus grand amour. Pas ce qui t’attire le plus, mais ce qui te construit le plus, mais là où tu donnes le meilleur de toi-même.

 

Qu’est-ce qui se passe si tu n’obéis pas ? Dieu ne t’abandonne pas ; il te consolera même car il est vraiment miséricorde. Il te resterait seulement le regret ou le soupçon d’être passé à côté de  quelque  chose d’essentiel…

 

L’obéissance c’est retrouver la puissance de la protection, de la paternité créatrice de Dieu qui passe en nous par le Fils dans l’Esprit. C’est apprendre à être des fils et des filles pour recevoir l’Esprit du Père.

 

Jusqu’à présent, Jésus n’a pas encore reçu la Force : il est la Parole, la Sagesse, la révélation orale du Père. Il n’est pas encore oint du Saint Esprit pour sa mission. Il va falloir un autre évènement : son baptême/confirmation où il va recevoir l’onction.

 

Baptême/confirmation : Mt 3,13-17 : C’est ici que Jésus reçoit la Force et qu’il est révélé comme Fils. C’est dans la réception du Saint Esprit pour accomplir l’œuvre du Père que l’on est pleinement fils, pleinement configurés au Père. Dans l’humanité, si l’on n’a pas fait l’expérience de la puissance du Père, on n’est pas vraiment fils : on a seulement appris que l’on est fils, mais on ne l’est pas…

Jean-Baptiste ne veut pas baptiser Jésus : il sait qu’il n’en a pas besoin comme baptême de pénitence. Mais Jésus va accomplir un acte d'obéissance qui est la porte de ce pouvoir qu’il va recevoir : « laisse faire pour l’instant : c’est ainsi qu’il nous convient d’accomplir toute justice ». Il NOUS convient : Jésus nous entraîne dans son obéissance. Obéissance à un plan de Dieu –Jésus solidaire des pécheurs, Jésus sanctifiant les eaux du baptême, Jésus manifestant la fin d’un cycle, plénitude… toutes les raisons théologiques du baptême de Jésus-. Plus important que tout : il se manifeste comme l’obéissant du Père et donc le Père le désigne comme Fils : «  ». Aussitôt baptisé, Jésus remonta de l’eau (abaissement : exaltation) ; et voici que les cieux s’ouvrirent : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme  une colombe et venir sur lui. Et voici qu’une voix venue des Cieux disait : celui-ci est mon fils bien-aimé, qui a toute ma faveur » (vv. 16-17).

Jésus est la Lumière et il a reçu la Force.

Toi aussi tu dois demander la Lumière et la Force : Bien souvent nos actions ne vont pas jusqu’à leur terme car lorsque nous avons compris ce que nous devons faire, c’est à dire lorsque nous avons reçu la lumière, nous le faisons par nos propres forces, et donc nous échouons. Alors nous accusons Dieu de nous avoir mal éclairés. Mais nous avons oublié de demander la Force, la Puissance. Pour vivre, nous avons besoin du SE dans ses deux dimensions : la sagesse et la force. Il ne suffit pas d’être éclairé, il faut aussi demander et recevoir la force de faire ce que l’on a compris. Il ne me suffit pas de savoir que je dois aller à Malguenac, il me faut le nerf de la guerre et les nerfs du corps, une bonne santé, il me faut m’organiser… C’est pour cela que l’Ecriture parle des 7 dons de l’Esprit : esprit de …

Il faut demander la plénitude du SE !

 

 

Tout de suite après : Jésus est poussé par l’Esprit dans le désert pour y être tenté. La Force qu’il vient de recevoir doit être mise à l’épreuve. Toute onction de force doit  être mise à l’épreuve ; perdras-tu ta joie, ta foi, ta confiance ? Si tu ne la perds pas, si tu gardes la joie parfaite, la force parfaite, tu auras confirmé le don reçu, tu seras sur un palier plus haut de la Gloire, de l’Amour. C’est l’Esprit qui t’arme, comme Jésus, pour le combat spirituel. C’est l’Esprit qui guide au désert, lieu du combat : ne râle pas, n’aie pas peur, ne fuis pas tes combats. N’ai pas peur de l’affrontement avec l'ennemi si c’est Dieu qui te guide ; ne le cherche pas, mais quand tu y es confronté, fonce au Nom de Jésus. C’est pour que tu puise mener à bien ta mission, armé de puissance, que tu puisses connaître l’Esprit qui te guide. L’Esprit est ton entraîneur, ton maître d’arme.

         Le démon flippe ! Pour proposer à Jésus son propre règne c'est-à-dire toute la terre qui lui appartient car il est prince de ce monde, il faut vraiment qu’il ait peur ! L’esprit du monde flippe autour de toi ! C’est pour cela qu’il te propose son pouvoir, sa puissance, sa richesse, comme si à travers cela tu devais devenir tout puissant ! Il te propose tout ! Car il flippe tellement que tu puisses reconnaître Jésus comme Fils de Dieu, que tu puisses te  fier à la Parole de Dieu, que tu puisses croire, te rappeler que tu es créé à image de Dieu ! Le démon flippe devant toi lorsque tu es habité par l’Esprit, comme Jésus au sortir de son baptême !

 Tenté par le démon, Jésus manifeste l’obéissance à la Parole. Facile, direz-vous : Il est la Parole. Facile d’être fidèle à soi-même ? Ça dépend, si on reste dans l’Esprit ou pas. L’enjeu est là. Etre tout entier en Dieu, tout entier en soi et tout donné à Dieu, avec la Parole qui nous guide ; Jésus qui nous instruit. La Parole que Jésus oppose au démon est « casque du salut et Glaive de l’Esprit » (Eph 6,17). La connaissance de la Parole et l'obéissance à la Parole font que l’Ennemi se retire. Une fois assimilée, la Parole est toujours prête : c’est pour cela que Jésus met tant de temps à se préparer à sa mission : il assimile la Parole il acquiert la plein maturité de la Parole pour devenir la Parole. Nous aussi il nous faut du temps, de la passion pour assimiler la Parole. Tu obéis à la Parole et la Parole devient ton arme de Victoire ; Jésus est notre victoire !!!

Qui se rappelle ce qu’il a mangé mercredi il y a trois semaines ? Personne… Et pourtant ce que tu es aujourd’hui vient de ce que tu as mangé mercredi il y a trois semaines, et tous les jours. Il en va ainsi de la Parole. Tu ne t’en souviens plus de tout ce que tu as assimilé, mais c’est ta substance et c’est une réserve de force qui peut resurgir au bon moment ; elle te tient comme une force de fond et tu as en réserve une énergie ; ainsi la Parole peut resurgir au bon moment quand tu dois faire des choix ou opposer une Sagesse plus forte à l’ennemi, comme Jésus.

 

Noces de Cana (Jn 2, 1-12) ; Jésus obéit à Marie et les serviteurs à Jésus à travers Marie (faites tout ce qu’il vous dira) Jésus est manifesté à ses apôtres.

Quelle est cette obéissance ? C’est celle que François d’Assise appelle l’obéissance au frère : écouter les appels d’amour qui te poussent hors de  tes retranchements, qui déclenchent ta mission.

 

Signes, prodiges durant les trois ans de vie publique: pour un cercle somme toute restreint de fidèles, quantitativement par rapport au reste de l’humanité… La puissance est en marche mais n’a pas encore rejoint son apogée.

 

Résurrection de Lazare : je sais bien que tu m’écoutes toujours : obéir au Père, et  le Père nous obéit.

 

Transfiguration : contexte pascal où Jésus va se donner ; semblable au baptême confirmation avec en plus : écoutez-le ! : Jésus est accrédité par la Gloire qui ne sera manifestée à tous qu’après sa passion.

 

Mort sur la Croix : En tes mains je remets mon Esprit ; Jésus remet son Esprit à son Père, en retour il reçoit l’Esprit de Vie à la Résurrection et le transmet pour une médiation universelle; recevez l’Esprit Saint 

Phil : obéissant jusqu’à la mort et la mort sur la Croix, c’est pourquoi Dieu l’a exalté

Même idée en Hé 5, 8-10

 

Le don de soi complet, = obéissance totale produit le Don total du Saint Esprit à tous.

 

Et enfin, la Pentecôte : confiants dans la promesse de Jésus, les Apôtres reçoivent le Saint Esprit et ici commence le temps de l’Eglise, les derniers temps, le temps où toutes les prophéties et les promesses s’accomplissent.

 

Obéir, c’est se donner ; en te donnant tu répands l’Esprit d’Amour et tu manifestes la Seigneurie de Jésus. La puissance, la force c’est la force de l’Amour. Dieu est puissant car il donne  et se donne. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.

 

Obéissance au Dieu de l’histoire : toute ton histoire est rencontre avec Dieu. Dieu t’a instruit tout au long de ta vie, et tout est Parole de Dieu car il parle de multiples façons. Récapitule tous les moments où Dieu t’a parlé et écris ta  charte de vie !

 

Un des gros problèmes pour l’obéissance et donc pour recevoir la Force, c’est que nous ne sommes pas convaincus de l’amour de Dieu. Sinon nous ferons tous les mêmes miracles que Jésus et nous en ferons même de plus grands, comme il l’a promis à ses disciples. Lorsque tu manges ta quatrième barre de chocolat, lorsque tu allumes ta télé au lieu de prier, tu as déjà fermé la porte au SE, et tu est convaincu que si tu ne manges pas plus plus plus tu vas défaillir, si tu ne te détends pas encore et encore tu vas craquer ; et tu t’appesantis le foie et la cervelle et le cœur avec les excès de l’esprit du monde.

 

Il nous faut nous établir dans le temps de Dieu : temps de l’obéissance pour recevoir la Force. Temps où le SE t’avertit de qq chose à faire ou ne pas faire et il faut obéir tout de suite, dans la foi, sans hésiter. Cela s’apprend. Le SE commence par t’indiquer de petites choses. Sauf les grandes coupures nécessaires à ta vie et que tu sais devoir faire depuis longtemps ! Au moins fais le premier pas.

         Ainsi tu renaîtras dans le SE et tu feras des choses nouvelles : « nul ne sait d’où il vient ni où il va » (Jn 3,7), celui qui est rené de cette façon. On va tous s’appeler René, mais personne ne pourra nous confondre car le SE ne fait pas les choses et encore moins  les personnes en copié collé.

C’est le temps de ta liberté. Avant l’enchaînement des évènements tu es dans la liberté ; conserve-la car c’est la condition de ta puissance ; tu le sens quand tu commences à déraper

 

Après tous ces discours sur l’obéissance, après avoir contemplé l’obéissance du Fils de Dieu parce que tu veux lui ressembler, prie :

Prière : demande de pardon sincère à Dieu pour tous les actes de désobéissance

                        Pardon pour ne pas être en vérité par rapport à ta situation de vie (affective, professionnelle…)

         Mains sur le coeur : désir de réparer, pour qui le peut selon sa tradition confession pour recevoir le pardon de Dieu.

        

                                              Pour tout ce qui a rompu la communion fraternelle (critiques, méchancetés, orgueil, comparaisons, attaques, colères, jugements, vengeance) : libération de tous ces esprits :

(Donner les pardons nécessaires)

 

         Guérison de tout ce qui a blessé ma relation filiale avec mes parents

                                                                                    Le Père

                                                                                    Mon Eglise…

... pour me sentir, et être de nouveau fils et fille en Jésus dans la puissance de l’Esprit

 

                  Guérison des maladies liées à la perte de l’Esprit filial

 

Fais des gestes concrets dans ta vie et dans ta prière, des gestes qui montrent que tu obéis à Dieu et pas aux hommes, que tu es libre de leur regard grâce au regard de Dieu sur toi.

François d’Assise et l’obéissance à la mission (la nôtre à tous ici !) : le Crucifié à Saint Damien lui dit :  va et répare mon Eglise. François le prend au sérieux : il fait un geste concret : il prend des pierres du ciment et une truelle. Toi aussi choisis un geste concret pour réparer ton corps qui est le temple du Saint Esprit, son Eglise, pour accueillir la Seigneurie de Dieu et manifester que ton corps qui a les pieds sur terre est fait pour rejoindre le Ciel.

 

       Bonne sainteté de ton corps de ton âme et de ton Esprit : Puissance par l’obéissance du Fils en toi !!!

                                                                               

                                                                                                      Frère Daniel Marie

Partager cette page

Repost 0
Published by