Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : GSF
  • GSF
  • : blog de la fraternité Saint François
  • Contact

Cholettre

Contact

/ / /

 

DISCIPLE COMME MARIE

 

 

Enseignement pour Chapitre des 13-25 ans

Vannes – Sainte Anne d’Auray

23-26 octobre 2010

Par Frère Daniel-Marie

 

 

Disciples comme Marie notre Mère

Marie donnée comme Mère au disciple préféré sous la croix

Marie 1èredisciple de son Fils…

nous fait entrer dans la joie parfaite

 

Marie est notre Mère et nous enseigne à être disciples. Or si dans l’intimité Jésus l’a appelé du doux nom de « Imma », « Maman », à aucun moment de sa vie publique Jésus ne l’appelle « Mère » et semble ne lui attribuer aucun privilège particulier en raison des liens de la maternité biologique; elle fait partie du groupe qui suit Jésus, parfois ; elle essaie de l’approcher au milieu de la foule mais Jésus la désigne simplement comme le prototype du disciple : lorsqu’on lui dit : « ta Mère et tes frères sont là qui te cherchent » il répond : « Qui est ma Mère : celui qui écoute la parole de Dieu et qui la garde » ; aujourd’hui , durant ce Chapitre, tu peux avoir le privilège de devenir toi-même mère de Jésus en devenant son disciple parfait : tu vas GARDER LA PAROLE, être gardien de la Parole comme Marie, conservateur et défenseur attentif de la Parole qui est Jésus (Jésus EST la Parole ; la Parole c’est Jésus ; celui qui ignore les Ecriture ignore le Christ, dit saint Jérôme); Marie a appris cela, nous l’enseigne par sa vie terrestre, nous le communique dans la communion des saints.

 

Fils, et disciples par la Méditation

-Lc 2, 15-20 : «Et il advint, quand les anges les eurent quittés pour le ciel, que les bergers se dirent entre eux : « Allons jusqu'à Bethléem et voyons ce qui est arrivé et que le Seigneur nous a fait connaître. » Ils vinrent donc en hâte et trouvèrent Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la crèche. Ayant vu, ils firent connaître ce qui leur avait été dit de cet enfant; et tout ceux qui les entendirentfurent émerveillés de ce que leur disaient les bergers. Quant à Marie, elle conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son coeur. Puis les bergers s'en retournèrent, glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu, suivant ce qui leur avait été annoncé

 

* NB contexte de louange

* « Firent connaître », « entendirent », « furent émerveillés » : contexte d’enseignement, où on apprend à être disciples : ta volonté, ton intelligence, ton affection sont-elles tournées vers le Maître pour apprendre ?

* N.B Marie conservait avec soin tous ces souvenirs et les méditait dans son cœur ; « cœur » est le lieu de plus profond de l’expérience divine et humaine : désire un cœur comme celui de Marie ! C’est un cœur qui a formé le cœur humain de Jésus et qui été modelé, par anticipation, par son cœur divin.

  • Cfr François d’Assise : « il n’avait jamais été un auditeur sourd de la Parole » : lui aussi disciple attentif !

Lc 2,51-52 (Jésus retrouvé au temple) : Jésus est soumis à ses parents et pourtant Marie est disciple encore : « et sa Mère gardait fidèlementtous ces souvenirs dans son cœur ». (NB : le père, Joseph, aussi ! Mais c’est ici la mère qui raconte à Luc ; l’intelligence des Ecritures nous permet de saisir le contexte et de lire entre les lignes : quand Jésus vient, c’est tout son entourage qui est à l’écoute du mystère ; toi aussi tu vas emmagasiner ici et durant ta vie entière des choses que tu ne comprendras pas tout de suite ; garde-les : vous n’êtes pas capables de tout saisir maintenant ; mais je vous enverrai l’Esprit Saint pour vous rappeler toutes ces choses. Et quand l’Esprit sera venu en abondance tu iras même les annoncer, ces choses( comme les disciples et Marie après la Pentecôte).

 

(***Le Magnificat : version bible de Jérusalem et traduction littérale de Chouraqui).

Marie nous nous redit comment entrer dans la bénédiction de Dieu

« Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent : = son secours matriciel d’âge en âge sur ses frémissants » : si tu frémis d’Amour et d’infini respect, d’admiration et d’adoration de Dieu qui te porte à l’obéissance parfaite du Christ c'est-à-dire à la sainteté (la crainte de Dieu), alors tu entres dans le secours matriciel de ton Dieu !!! Tu es protégé !! Zéro blabla, zéro tracas, tu as la foi!!!

 

NB Les compagnons de François d'Assise l’appelaient parfois « La Mère ».

La Mère engendre des frères : Marie, François et tous ceux qui ont des entrailles de miséricorde nous apprennent à vivre en frères.

Le disciple apprend de Marie et de Jésus la Miséricorde, se met dans les entrailles de Miséricorde de Marie, d’Abba et de Jésus (qui me voit voit le Père).

Benoît XVI a dédié son audience publique du 20 octobre 2010 à Saint Elisabeth de Hongrie , patronne du Tiers Ordre Franciscain (OFS), la comparant bien sûr à François d’Assise ; il dit :

"Chers frères et sœurs, dans la figure de sainte Elisabeth nous voyons que la foi, l'amitié avec le Christ créent le sens de la justice, de l'égalité entre tous, des droits des autres et créent l'amour, la charité. Et de cette charité naît aussi l'espérance, la certitude que nous sommes aimés par le Christ et que l'amour du Christ nous attend et ainsi nous rend capables d'imiter le Christ et de voir le Christ dans les autres."

 

Col 3,12 : revêtez-vous donc, comme des élus d’Elohim, consacrés et aimés, d’entrailles matricielles, de disponibilité, d’humilité, d’humiliation, de longanimité.

NB : d‘humiliation : perdre la face par amour de ses frères !

Et « il élève Israël son serviteur, il se souvient de son amour » :

= « Il soutient Israël, son enfant, ayant en mémoire de le matricier ».

……. La Miséricorde est un engendrement ; quand tu fais miséricorde, tu mets aux monde ceux que tu miséricordies ; ce soir et durant ces jours Marie va te remettre au monde ; c’est comme si tu les portais en toi avant de les régénérer ; tu es appelé à porter les autres dans ton cœur : celui-là, je le porte dans mon cœur !

 

Marie disciple et Mère nous enseigne à être libres et à rendre libres : de la crèche à la croix, Marie engendre Jésus ; à la crèche dans son corps physique, tout de suite après avoir coupé le cordon ombilical elle le donne déjà au monde entier qui passe dans la crèche dans la présence des très pauvres et des très riches, des ignorants et des savants, bergers et mages ; déjà son Fils ne lui appartient plus ; à la croix elle l’accompagne en nous le donnant complètement : elle s’en sépare, comme une mère qui coupe encore le cordon ombilical pour le donner au monde, le « mettre au monde » ; elle en fait le deuil, sans le garder pour elle, elle le rend au Père, elle accompagne ainsi son Fils à une vie plus grande et va entrer elle aussi dans une vie plus grande, la vraie vie qui est de se donner à Dieu et aux autres ; et toi : tes affections, tes amis, tes amours, les gardes-tu pour toi en les étouffant ou les redonnes-tu sans cesse à Dieu et aux autres ? Ainsi Dieu te les rendra purifiés, ces amitiés et ces amours, plus libres et toi aussi tu seras plus libre d’aimer en vérité, sans captation, sans jalousie, sans peur de perdre, sans lien réducteur ni séducteur. Marie nous enseigne à être libres dans l’amour ! Entre dans la gloire des sauvés avec Jésus et Marie dès le moment de tes croix = dès l’instant où tu consens à être pur dans tes affections (c’est une forme de chasteté, même dans l’amour le plus physique) en laissant les autres libres et ton cœur libre pour Dieu.

 

« Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides ». Marie disciple et mère nous enseigne la béatitude des pauvres :

La société formate le psychisme des jeunes, dès qu’ils sont capables d’acheter ou de faire acheter, à la dépendance des biens matériels : en créant des besoins même chez les plus petits, la société prend en otage les parents, harcelés par les prétentions des enfants, coincés par le regard des autres parents ; les jeunes sont formatés à consommer ; ils sont insatisfaits car en même temps rendus incapables d’assouvir même ces besoins matériels : en effet ils coûtent trop cher, ou durent trop peu ; en deux mois une mode passe, le dernier modèle technologique est dépassé et tu te retrouves toi-même dépassé car tu t’es en partie ou totalement identifié avec ton objet matériel ; bon à jeter avec tes vieux trucs. Le jeune d’aujourd’hui harcèle ses parents qui deviennent des distributeurs d’argent pour acheter et être concurrentiels : à l’école il faut être « populaires » et pour être populaire en avant la frime, le look, le fric. La société engendre des frustrés qui ne savent plus être, qui sont dans la course à la frustration perpétuelle. Le riche se retrouve ainsiles mains vides ; qui a mis son espoir en Dieu seul, comme Marie, ne manque de rien : il comble de bien les affamés ; choisis : fils et disciples de Marie ou fils et disciples d’une ogresse qui dévore ses enfants, la société de consommation.

Plus grave encore : tu es un objet de consommation ; la machine économique se sert de toi pour acheter, jeter et acheter encore ; quand tu n’es plus bon à acheter elle te jette ; elle va tenter de te jeter avant même ta naissance si tu es handicapé ; elle te jette quand tu es SDF (ou d’une quelconque façon « hors circuit ») car tu ne lui sers plus à rien ; elle va tenter de te jeter en t’euthanasiant quand tu es trop vieux car tu lui coûtes trop cher. (Renseignez-vous sur ce qu’on enseigne aujourd’hui dans les écoles d’infirmières, et comme il est quasi impossible d’y faire d’objection de conscience quand on chrétien et que l’on veut respecter la Vie…).

 

Alors Marie disciple et mère t’apprend à vivre dans la paix : en effet le consumisme te rend anxieux et frustré ; la vie en Dieu te rend capable d’attendre, de te mettre dans les temps de Dieu,

y compris pour la chasteté : Marie, par une grâce que tu as aussi, a gardé sa virginité en attendant que soit pleinement dévoilé le projet de Dieu pour elle : heureusement ! Sinon elle aurait raté son histoire et la nôtre !

 

Humilité « Il élève les humbles » : François d’Assise a voulu que ses Frères s’appellent « Frères mineurs »,  à la suite de « Jésus humble et pauvre » (formule fréquente chez lui).

Gianna Jessen est une femme qui a survécu à un avortement ; elle aurait dû être brûlée par le liquide abortif ; elle s’en tire miraculeusement en boitant un peu et parcourt le monde pour témoigner de la beauté de la vie. C’est bouleversant !

 

 

 

 

C’est poignant de voir cette femme si faible et si forte remonter les bretelles aux mecs et encourager les femmes ; Catherine de Sienne l’avait fait en son temps en disant au pape, à la cour d’Avignon : « Sainteté, soyez vraiment un homme ! ». Elle dit enfin : « C’est Dieu qui m’a sauvée, je le dis même au milieu d‘une assemblée et dans un édifice laïc où il est politiquement incorrect de parler de Dieu »… Elle, elle s’en fiche des convenances sociales qui sont faites pour étouffer la Vérité. C’est le courage des faibles, celui de Marie, le tien  ! Dieu élève les humbles, les petits…

 

« Saint est son nom » : (Lc 1,50) : « comblée de Grâce » ; elle nous montre le but : être saint comme Dieu est saint ; nous l’apprenons à son école ; remplie de Grâce dès le départ, elle a continué à être fontaine de Grâce : elle s’est laissée encore remplir : résultat : elle déborde d’Esprit Saint. Le disciple apprend cela aussi ; par le sang de Jésus, il apprend l’amour jusqu’a bout, par la souffrance, il apprend à se vider, ne pas la ramener, ne pas frimer, à ne pas attirer l’attention sur lui-même. Aujourd’hui je veux me réjouir de vous voir TOUS entrer dans la bénédiction de Dieu par la louange !

 

Puissance d’intercession et d’adoration pour une puissance d’évangélisation : Marie intercède avec les apôtres et les disciples, reçoit l’Esprit Saint avec les autres, et annonce la Résurrection de Jésus dans la puissance de l’Esprit.

Partout Marie intercède avec puissance et nous appelle à le faire : « Mais priez mes enfants » ; Lourdes : son intercession qui fait des miracles ; Medjugorje idem, et là elle appelle sans cesse à prier .


Dernier message, du 25 septembre 2010 :

"Chers enfants ! Aujourd'hui, je suis avec vous et je vous bénis tous de ma bénédiction maternelle de paix, et je vous encourage à vivre encore plus votre vie de foi, car vous êtes encore faibles et vous n'êtes pas humbles. Je vous incite, petits enfants, à parler moins et à travailler davantage à votre conversion personnelle, afin que votre témoignage soit fructueux. Et que votre vie soit une prière continuelle ! Merci d'avoir répondu à mon appel."

 

Marie notre Mère fait de nous les disciples de l’onction de sa Joie

« Exulte mon espriten Dieu mon sauveur »

Que ton esprit soit en Dieu et non dans ta façon habituelle de raisonner, de penser : Marie nous enseigne à louer, à entrer dans la Gloire de Dieu, à penser en Dieu, à laisser l’Esprit penser et louer en nous.

Soyons enseignés par Marie, entrons dans sa joie parfaite d’être toute petite, porteuse de la puissance du Christ, chantons en frères et sœurs notre magnificat ! Et que notre louange, comme la sienne, soit puissante, inventive, festive, habitée par l’Esprit !!!

Voici ta Mère : entre avec elle dans la joie parfaite de ton Maître !!!

Partager cette page

Repost 0
Published by