Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : GSF
  • GSF
  • : blog de la fraternité Saint François
  • Contact

Cholettre

Contact

20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 06:29

 

Alors voilà, quand tu t’es engagé au GSF, tu as dit « je m’engage à prendre un temps de prière quotidien. ». Ohlala, pas facile, facile ! Mais ça tombe bien, c’est un des piliers du Carême. Rappelle-toi : la prière, le jeûne, l’aumône.

TauFranz25.jpg

Donc la prière est enracinée dans les promesses de ton baptême ; réentends le prêtre dire ce beau jour à tes parents : « C'est à vous, leurs parents, leurs parrains et marraines, que cette lumière est confiée. Veillez à l'entretenir pour que vos enfants, illuminés par le Christ, avancent dans la vie en enfants de lumière et persévèrent dans la foi. Ainsi, quand viendra le Seigneur, ils pourront aller à sa rencontre dans le Royaume, avec tous les saints du ciel. »

 

Au moment de ton baptême, tu as reçu cette grâce magnifique, gigantesque d’être enfant de Dieu. Trésor inestimable par lequel ton Père qui est dans les Cieux te guide et te donne tout
ce dont tu as besoin pour avoir la vie et la vie en abondance ! Et puis, il y a eu ta première Communion grâce à laquelle tu reçois, au moins chaque dimanche, ton Seigneur et ton Dieu : Il est ta vie et ta force au long des jours. « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura plus jamais faim ; celui qui croit en moi n'aura plus jamais soif. » (Jn 6, 34)

 

Ensuite, ta confirmation. Ce jour-là, tu as reçu la plénitude du St Esprit qui oriente tes actions, tes attitudes, tes décisions, tout ton être vers le Bien. Tiens, ça te dirait de prendre un temps de prière pour que le St Esprit descende sur toi de manière toute particulière ?

Tu te mets dans la Chambre haute avec Marie et les Apôtres et tu laisses le St Esprit venir sur toi… la Porte du Ciel t’est ouverte ! Profite !
Et pendant ta journée, essaie d’écouter ces petites motions intérieures qui te disent d’aller parler à ton « pire » voisin de classe, au passant qui a l’air déprimé, de faire une surprise à tes parents :) Ecoute, écoute, écoute !

 

« Je m’engage à prendre un temps de prière quotidien »

 

Ah oui, il y a aussi la Confession : c’est la lessive de ton âme. Tu as pensé à préparer la prochaine avec beaucoup de soin ? Pour le moment, voilà ce que tu as vécu, ce que tu vis…

 

Le sacrement de l’Ordre ou celui du mariage t’attendra bien assez vite et un jour sans doute le Sacrement des malades. Tous ces sacrements si indispensables que l’Eglise, notre chère Mère, nous offre tout au long de la route pour notre bonheur ! Et souviens-toi toujours de cette Parole du Seigneur : « C'est pourquoi, je vous le dis : tout ce que vous demandez dans la prière, croyez que vous l'avez déjà reçu, cela vous sera accordé. » (Mc 11, 24)

 

 

3. Heureux qui se réjouit et rend grâce en tout temps,
Sa vie sera louange au Créateur de tout bien.

Repost 0
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 06:22

A la suite de Saint Léopold Mandic

 

Prêtre capucin d’origine croate, fêté le 30 juillet, il a vécu son ministère sacerdotal à Padoue.
Enfant, il inspirait la pitié tant il paraissait petit et chétif.
Il ne pouvait ni prêcher, ni lire, ni parler en public, il savait seulement confesser.


Il désirait être prêtre en Orient pour réconcilier les Eglises séparées. Etant de faible constitution, ses supérieurs refusent de répondre à son désir de partir comme missionnaire en Orient.
Il se met alors au service des âmes dans le ministère de la confession. C’est en confessant les personnes qui venaient le voir même au milieu de la nuit qu’il remplit son désir de missionnaire.

Il les remerciait même d’être venus le déranger.
Les personnes qui venaient étaient attirées par sa bonté et sa douceur, sa compréhension délicate de la faiblesse humaine.
Elles étaient ses amis et il les aimait en vérité. Ici est sans doute le secret de son rayonnement.
Les deux piliers de sa vie spirituelle étaient sa foi en la Vierge Marie et sa foi en la valeur inestimable du Saint Sacrifice de la messe.
Jean-Paul II, lors du discours de canonisation, décrit saint Léopold Mandic comme une personne dont la grandeur est dans l’immolation, dans le don de soi, jour après jour, dans l’humilité d’une cellule-confessionnal.

 

« Je m’engage à prendre un temps de prière quotidien »

 

Prière de la JeFra


"Seigneur Jésus, qui est notre route, notre joie et notre vie, nous T'en prions, au long des chemins où Tu es notre compagnon, apprends-nous l'esprit de pauvreté,
qui nous libère des choses vaines, l'esprit d'humilité et de simplicité, qui nous délivre de nous-mêmes, le sens et la compréhension généreuse de la Croix, qui se dresse à tous nos carrefours, espoir de salut et de résurrection.


Fais surtout que ta Grâce, fécondant notre effort, nous vivions dans l'amitié, une amitié très profonde avec Toi et très généreuse avec nos frères. Garde Seigneur nos âmes ouvertes aux grands horizons, et à tous les souffles du large, nos coeurs libres pour tous les dons, afin que sur la route de la Joie, nous méritions d'approcher de Toi tous ceux qui
s'approchent de nous.


Nous Te le demandons par Notre Dame de la Route, Ta Maman et la nôtre, par Saint François le petit pauvre que nous avons choisi comme premier de cordée."

 

 

idée :

 

Prendre un temps cette semaine pour aller à la messe. Et si tu y vas tous les jours, prendre 5 minutes en plus pour demander la grâce d’être renouvelé dans l’amour de l’Eucharistie.

 

Repost 0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 06:11

Ste Bernadette Soubirous

 

En ce jour de la Ste Bernadette, nous te proposons une petite réflexion sur la prière. Tu as sûrement entendu des personnes te disant que la prière quotidienne est importante, nécessaire et efficace.

Ce que tu as entendu, c'est le fruit d'une réflexion de l’Église entière !
Avec le temps, l’Église a regroupé tout type de questionnement sur ce thème de la prière. Dans le Catéchisme de l’Église Catholique, de nombreux articles parlent de la prière, de son importance, de ses buts et de ses fruits. En voici quelques uns :


Jésus Lui-même nous a appris l'importance de la prière et, le plus important, Il a montré l'exemple. Ainsi, lorsque nous prions, nous sommes associés à Jésus qui est toujours avec nous et ce jusqu'à la fin des temps (cf Mt 28, 20).

idouchemodifi-.jpg


CEC n° 520 : « Par sa prière [Jésus] attire à la prière. »


CEC n° 764 : « A ceux que [Jésus] a ainsi rassemblés autour de Lui, Il a enseigné une « manière d'agir » nouvelle, mais aussi une prière propre. (cf Mt 5-6) »


La prière est également le moyen de se rapprocher toujours plus de Dieu ; la prière quotidienne devient une véritable alliance, une union entre Dieu et chacun de nous.
CEC n° 1368 : « La vie des fidèles, leur louange, leur souffrance,
leur prière, leur travail, sont unis à ceux du Christ et à sa totale
offrande, et acquièrent ainsi une valeur nouvelle. »

 

« Je m’engage à prendre un temps de prière quotidien »

 

CEC n° 2098 : « Les actes de foi, d'espérance et de charité que commande le premier commandement s'accomplissent dans la prière. L'élévation de l'esprit vers Dieu est une expression de notre adoration de Dieu : prière de louange et d'action de grâce, d'intercession et de demande. La prière est une condition indispensable pour obéir aux commandements de Dieu. « Il faut toujours prier sans jamais se lasser. » (cf Lc 18,1) »


CEC n° 2564 : « La prière chrétienne est une relation d'alliance entre Dieu et l'homme dans le Christ. Elle est action de Dieu et de l'homme ; elle jaillit de l'Esprit-Saint et de nous, toute dirigée vers le Père, en union avec la volonté humaine du Fils de Dieu. »


CEC n° 2757 : « « Priez sans cesse » (1 Th 5,17). [...] Prière et vie chrétienne sont inséparables. »

 

 


Ils ont dit :


« Tout désir qui appelle Dieu en nous est déjà une prière. »
St Augustin


« La prière est à notre âme ce que la pluie est à la terre. »
St Jean-Marie Vianney


« Il faut toujours prier comme si l'action était inutile et agir comme si la prière était insuffisante. »
Ste Thérèse de Lisieux

Repost 0
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 06:58

Dimanche à 100% avec Lc 4,1-13

 

 

Comme invitation à entrer dans le mouvement de conversion du carême, la liturgie nous montre la figure de Jésus sujet à la tentation. La parole de Jésus, Jésus parole de Dieu, est toute
proche de nous jusque dans cette faiblesse à laquelle Il n'a pas voulu se dérober.

 

Le Christ nous montre comment la vivre et surtout
comment en triompher.

 

Ainsi, à la suite de Jésus, nous sommes conviés à prendre comme bouclier la parole de Dieu, en toute détresse, en tout danger. La parole de l'Ecriture est là pour nous réconforter, pour nous montrer la route, pour nous y accompagner. En cela, nul automatisme ou superstition, mais le fruit d'une familiarité quotidienne, d'une lente pénétration de la Parole en nos coeurs, qui agit comme naturellement aux moments de l'épreuve. Incitation discrète mais puissante : la conversion commence par l'ouverture de notre coeur à la parole de Dieu.

L'Esprit de Dieu, comme une rosée féconde, la rendra efficace contre tout danger car rien ne peut résister à la douceur de sa force.

 

« Nous voulons nous mettre en chemin »
« À me donner par de multiples petits dépassements de
moi-même »

 

Pistes de réflexion :


1) En ce début de carême, où en suis-je de ma foi en l'action douce et puissante de la Parole de Dieu, « parole qui ne revient pas vers moi sans effet, sans avoir accompli ce que j'ai voulu et réalisé l'objet de sa mission » (Is 55, 11) ?


2) Si je nourris mon corps continuellement avec de la bonne nourriture, mon corps sera fort et en bonne santé. Si je nourris mon esprit continuellement avec la Parole de Dieu, je garderai mon esprit fort et ma foi vivante, je suis en train de bâtir ma santé spirituelle. Saint Augustin a dit : « Les petites choses restent petites, mais être fidèle dans les petites choses est une grande chose ». Est-ce quotidiennement que je consacre du temps à l'écoute de la Parole de Dieu ?


3) Dans l'Evangile d'aujourd'hui, nous voyons que le démon choisit le moment où nous sommes supposés plus vulnérables pour nous éprouver. C'est une des ruses de sa lâcheté que Jésus a expérimentée et a voulu nous faire découvrir. Nous voyons que Jésus refuse le dialogue avec le démon en proclamant la Parole de Dieu.
Comment Jésus m'enseigne-t-il aujourd'hui à réagir face aux tentations du démon ?

Repost 0
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 06:47

Tauff.jpgMe dépasser, c'est aller au-delà de moi-même.

 

Dans la dimension chrétienne, c'est aussi réaliser les petites folies d'amour qui patientent en mon coeur dans l'espoir qu'un jour je dépasse ma peur, ma paresse, mon dégoût ou encore mon égoïsme pour que ce désir s'anime et devienne réalité par mon action. Passer d'une attitude figée, stérile, à la mise en mouvement source de fécondité. Surmonter ces obstacles fait naître la joie au coeur.


En te mettant en chemin, tu suis Celui qui est le Chemin.
Tu réponds à un appel : « viens et tu verras », « suis-moi ». Il te conduit et t'enseigne le dépassement de toi au long du chemin.

C'est Lui qui t'indique où tu dois te dépasser car Il te connaît, Il sait ce qui est bon pour toi. En mettant le pied à l'étrier, tu réponds à sa proposition, au défi qu'Il te propose.
Tiens-toi à l'écoute, attentif, pour discerner l'appel de l'Esprit qui te parle par un frère, un ami, une image, par la Parole, en ton coeur. Demande au Seigneur quel dépassement Il attend de toi.

Tu seras peut-être surpris, car les pensées de Dieu sont bien au-dessus de nos pensées.

 

« Nous voulons nous mettre en chemin »
« À me donner par de multiples petits dépassements de
moi-même »

 

DEFI


Aujourd'hui, tu es convoqué pour un défi !


Pense à ce que tu as souvent remis à plus tard (service communautaire, écrire, visiter tes grandsparents, tes voisins isolés, âgés, prendre des nouvelles et en donner), à ces gestes de partage, ces rencontres que tu désires réaliser mais qui te font peur… parce
qu’ils te font t'oublier un peu toi-même pour préférer les autres…

Choisis quelque chose et fais-le !
D’autres exemples ? Fais un travail de groupe avec celui qui est mis à part dans ton lycée, ta fac, ton boulot ou bien vas vers celui qui t'agace, que tu vois toujours d'un mauvais oeil sans véritable raison et demande à Dieu de changer ton regard sur lui.

 

En ce jour, nous te proposons de mettre en pratique le point suivant : « A me donner par de multiples petits dépassements de moi-même. ». C’est pour cela que bingo, tu viens de gagner un second défi !!!

 

En effet, pour avancer dans la vie (que ce soit spirituellement, dans le travail, dans la vie de tous les jours), nous sommes appelés à franchir des étapes. Et, généralement, franchir
une étape demande un effort, plus ou moins grand, mais un effort quand même !


Ce que nous te proposons, pour ce défi, ce sont simplement quelques pistes de réflexion. Libre à toi de les suivre, mais libre à toi également d'en choisir une autre, à partir du
moment où cela t'engage à te surpasser !

En effet, un effort n'est effort que s'il t'engage à prendre sur toi et à avancer. Comme le
cheval qui devant l'obstacle doit prendre l'impulsion nécessaire afin de ne pas le refuser ou faire tomber la barre !

Nous te conseillons, avant de choisir, de prendre un petit temps de prière afin que Dieu puisse t'inspirer l'axe sur lequel Il aimerait que tu travailles spécialement aujourd'hui. Ainsi, ton effort, ce petit défi, sera non seulement bénéfique pour toi, pour les autres (en fonction de ce que Dieu t'inspire), mais il te permettra également de te rapprocher de Dieu !


Pour terminer, n'oublie pas que « ton Père qui voit dans le secret, te le rendra »

(cf Mt 6, 5 et Mt 6, 18) et que l'effort que tu choisiras et feras ne seras pas vain ! Et comme le disait le Père David « missionnaire du St Sacrement » lors de sa venue à Cholet : Lorsque tu pries (devant le St Sacrement, mais aussi dans ta chambre ou dans la rue!), cela porte ta famille, tes proches, et le monde entier un peu plus vers le Père, alors qu'as-tu à perdre ?

Et si tu choisis une action ? Alors souviens-toi qu'une action peut être une véritable prière si elle est accomplie en Dieu.

 

 

DEFI


Aujourd'hui, tu es convoqué pour un défi !

 

Voici ces quelques pistes
- Prendre un peu plus de temps pour travailler, pour étudier.


- Si tu as la fâcheuse habitude de trop utiliser l'ordinateur, la télévision... demande-toi si tu ne pourrais pas réduire un peu aujourd'hui. Et pourquoi ne pas utiliser ce temps pour travailler, prier ?


- Essaie de prier un peu plus que d'habitude : cela peut être te rajouter 5min de prière, cela peut être de trouver un moment dans ta journée pour faire une petite pause, ou encore aller dans une église pour adorer...


- Trouve le moyen de rendre service autour de toi : à la maison, dans la rue, envers des gens que tu connais ou ne connais pas...


Repost 0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 06:21

Pourquoi jeûner ?

 

Pourquoi donc réduire un jour par semaine ton alimentation et donner à ton corps un temps différent, un autre rythme que celui des trois rendez-vous quotidiens du petit-déjeuner,
du déjeuner et du dîner ?

Pourquoi remplacer ces trois biorythmes par d’autres repères plus spirituels ?

Une expression, désormais passée dans le langage courant, dit : « Il faut donner du temps au temps. » Eh bien le jeûne permet de donner du temps, son temps, à Dieu. Le jeûne permet de Lui donner plus de place dans ta journée.


Et quelle journée ! Ce vendredi si particulier où tu fais mémoire de l’amour total du Christ, qui te donne jusqu’à Son corps pour te sauver, et Sa vie même !
C’est ce jour-là que tu choisis pour te permettre de Le rejoindre en t’oubliant (un peu), en te dispersant (un peu) moins, en te concentrant (un peu) plus sur Lui, en t’offrant à Lui qui
s’offre à toi. Dieu-tout-Amour s’offre à toi et tu l’accueilles : ton âme, ton coeur, ton esprit l’accueillent, mais aussi ton corps qui est Son temple.

Il vit en toi, donc tu mets ton corps à sa disposition, ton corps louangeur et respectueux, gratuitement, une fois par semaine et en toute liberté.


D’ailleurs ce jeûne d’un des plaisirs des sens peut se prolonger par un jeûne de tout ce qui est désordre éventuel dans ta vie… La parole peut à son tour être mise en jachère ce jour-là, surtout lorsqu’elle devient piquante, critique, médisante.

 

« Nous voulons nous mettre en chemin »
« À me donner par de multiples petits dépassements de
moi-même »

 

Pourquoi ne pas la muer en silence, en abandon du bruit, de tout ce qui fatigue et énerve, pour laisser Jésus te parler ? Tu sais que Jésus parle dans le silence de ton coeur, alors moins de cacophonie, moins de macération, moins de mastication.


Mandibules et rancoeurs au repos te permettent de Lui offrir un nouvel espace-temps où tu vas Le guetter et où Il va te rejoindre.
Un autre jeûne possible encore, étonnement bienfaisant, c’est le jeûne de soi-même.
Ce jour-là donc, on s’oublie un peu. On cesse de ne penser qu’à soi, qu’à sa seule personne, qu’à ses multiples et incessants soucis de travail, de famille, de santé, de pouvoir sur les autres, d’honneur, d’argent, de mérites et d’ambitions.

À force de côtoyer Dieu, Son Fils, le Saint-Esprit, très régulièrement, la Trinité Sainte va ainsi devenir la mesure de toi-même, la pleine mesure de ta vie. Elle va établir ton nouveau rythme, un tempo, une harmonie nouvelle, dont tu ne pourras plus te passer, et qui enrichira ta raison, ton coeur, ton âme, tous tes sens ordonnés à Sa mesure. Si tu dis adieu à un trop-plein de nourriture, de bruit, de paroles, de contradictions, tu dis adieu à ton seul vouloir trop humain. Elle est à Dieu, maintenant, ta volonté sainte : divine surprise, le jeûne !

 

2. Heureux qui sait vivre pauvre et garder un coeur pur
Obéissant et libre, il saura tout donner.

Repost 0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 06:12

http://ts3.mm.bing.net/th?id=H.5005321389869802&pid=15.1 A la suite de St Maximilien Kolbe!

 

« Laissons-nous conduire de plus en plus parfaitement par
l'Immaculée, où et comme Elle le veut ».


Maximilien, se sachant pauvre et impuissant, s'est abandonné avec amour à sa « petite mère ». Avec la force de Marie, il s'est élancé sur le chemin béni de l'amour sans relâche en se dépassant sans cesse pour la joie de ses frères !

Rien n'était insurmontable pour ce saint cramé d'amour,
pas même la mort, en tout Marie lui assurait force et sérénité.
Je ne peux rien par moi-même et les humbles dépassements de moi-même que je veux offrir au Seigneur en ce carême afin de rentrer dans sa victoire me sont donnés par Marie,
elle qui donnait à Maximilien les deux couronnes de la pureté et du martyr.


Aujourd'hui, elle tient dans ses mains les couronnes que
je pourrais choisir pour ce carême, en sachant qu'à chacun de mes pas je serai assuré de sa présence ! Suis-je prêt à les choisir maintenant afin de me mettre en chemin à la suite de Maximilien ?

 

« Nous voulons nous mettre en chemin »
« À me donner par de multiples petits dépassements de moi-même »

 

Charte des Séraphims


 C’est quoi, une Charte ?
C’est un Pont sur le gouffre, un Radeau sur le fleuve, des Ailes
dans l’infini = un moyen pour traverser l’existence.
C’est une Règle de vie. C’est du suc d’Evangile, goût
Franciscain…
A Consommer sans modération !!


Jésus sur le mont Alverne se montre à François sous la forme d’un Séraphim, en ange à six ailes embrasé de flammes, et lui imprime les stigmates, signes de la vie. Et François bouleversé dans sa chair gagne toutes les batailles car il combat les combats
de Dieu, et non plus les siens.

Comme toi, il devient adulte dans sa foi. Revêts alors cette armure de Feu et porte la béatitude au monde créé pour la Gloire de l’Eternel ; sa Gloire, c’est notre
bonheur. Prends ta part à la fatigue et au festin du Royaume.

 

1. Heureux qui suit Jésus de la crèche à la croix,
Il verra l’amertume transformée en douceur.

 

 

Repost 0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 06:32

« Nous savons que l’authenticité de notre fidélité à l’Evangile se mesure également sur la base de l’attention et de la sollicitude concrète que nous nous efforçons de manifester envers notre prochain, en particulier envers les plus faibles et les exclus.

L’attention à l’autre comporte de désirer son bien, sous tous ses aspects : physique, moral et spirituel. Même si la culture contemporaine semble avoir égaré le sens du bien et du mal, il faut réaffirmer avec force que le bien existe et l’emporte.

La responsabilité envers le prochain signifie alors vouloir le bien d’autrui et l’accomplir, en désirant qu’il s’ouvre à la logique du bien ; s’intéresser à son frère signifie ouvrir les yeux sur ses nécessités, en surmontant la dureté de cœur qui rend aveugle aux souffrances d’autrui.

 

Ainsi, le service caritatif devient une forme privilégiée d’évangélisation à la lumière de l’enseignement de Jésus, qui considérera comme étant fait à lui-même ce que nous aurons fait à nos frères, en particulier à ceux d’entre eux qui sont petits et ignorés. (cf. Mt 25, 40).

 

Il faut harmoniser notre cœur avec le cœur du Christ, afin que le soutien plein d’amour offert aux autres se traduise en participation et en partage conscient de leurs souffrances et de leurs espérances, en rendant ainsi visible, d’une part, la miséricorde infinie de Dieu envers chaque homme, qui brille sur le visage du Christ et, de l’autre, notre foi en Lui.

 

« Nous voulons nous mettre en chemin »

« À me donner par de multiples petits

dépassements de moi-même »

 

 

La rencontre avec l’autre et le fait d’ouvrir son cœur à ses besoins sont une occasion de salut et de béatitude. »

Discours du Pape Benoît XVI

aux membres du Cercle St Pierre le 24 février 2012

 

Benoît XVI insiste ici particulièrement sur la charité, le centre de notre vie chrétienne : « si je n'ai pas la charité, s'il me manque l'amour, je ne suis qu'un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante » (1Co 13, 1). Voici donc quelques paroles du Catéchisme de l’Eglise Catholique à propos de la charité :

  • « La charité est la vertu théologale par laquelle nous aimons Dieu par-dessus toute chose pour Lui-même, et notre prochain comme nous-mêmes pour l'amour de Dieu » (article 1822)

 

  • « Jésus fait de la charité le commandement nouveau (Jn 13,34). En aimant les siens " jusqu’à la fin " (Jn 13,1), il manifeste l’amour du Père qu’il reçoit. En s’aimant les uns les autres, les disciples imitent l’amour de Jésus qu’ils reçoivent aussi en eux. C’est pourquoi Jésus dit : " Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez en mon amour " (Jn 15,9). Et encore : " Voici mon commandement : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés " (Jn 15,12). » (article 1823)

 

  • « Fruit de l’Esprit et plénitude de la loi, la charité garde les commandements de Dieu et de son Christ : " Demeurez en mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez en mon amour " (Jn 15, 9-10 ; cf. Mt 22, 40 ; Rm 13, 8-10). » (article 1824)

 

Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 06:30

A la suite du Père Marie-Joseph

 

    « Par la confiance et l'amour »

     « Une fraternité n'est pas un ensemble de personnes juxtaposées, c'est une réalisation du mystère de la Communion des saints où existe déjà une certaine unité qui non seulement ne
supprime pas la personnalité, mais, au contraire, lui donne une sorte de plénitude, d'épanouissement. Nous sommes frères dans la mesure où intérieurement nous sommes unis à Jésus...Et nous sommes des artisans de la lumière, des ouvriers de la vérité. Mais tout cela, c'est l'Esprit Saint qui le réalise, ce n'est pas nous. C'est l'Esprit Saint, cette force formidable, la toute-puissance de Dieu, la toute sagesse de la création. Et Dieu créa l'homme comme son
chef-d’œuvre. Il fit de lui un fils, une fille de Dieu, et donc des vrais frères.»

 

    « Quel temps vivons-nous ?... En tout cas, pour nous, les temps de la Foi. C'est l'heure du Christ et donc l'heure de l'homme. C'est notre Heure.
Dieu est la Sagesse, l'Amour. Posons-nous la question : Ai-je bien compris ?
Suis-je, sommes-nous assez francs et intelligents pour ouvrir notre cœur à cette réalité ? Ou bien flirtons-nous avec une religion sentiment qui est à l'origine de tant de sectes ? Nos yeux
ne sont à l'aise que s'ils s'ouvrent à la lumière qu'est Jésus...donc à son Évangile
qui seul est la Bonne Nouvelle.  Le Christ, notre seule Voie, Vérité et Vie ! En d'autres termes, clairs et précis : ouvrons-nous, chacun et ensemble – c'est tout d'abord cela la véritable communion fraternelle – à l'obéissance à Dieu, au Christ, le Fils bien-aimé du Père, l'Unique Sauveur du monde. »


 

« Nous voulons partager avec nos frères JF l’expérience de
la vie chrétienne ne fraternité »

 

« On ne choisit pas ses frères, ils nous sont donnés.»
 

« La fraternité doit être un milieu de vie (le poisson ne peut vivre en dehors de l'eau). C'est un milieu nourricier, un lieu de connaissance, d'échange, d'entraide. Tous les plans se
mélangent et doivent se mélanger en gardant à chacun sa liberté de suivre la voix de Dieu.»


Repost 0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 06:01

Pour ce carême, le blog vous propose tous les mardis, pour relancer notre course vers Pâques une vidéo accompagnée d'une brève lecture spirituelle.

Nous nous inspirerons toujours de cette même parole tirée de la lettre de St Paul Ph 3,12-14:

"je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus.13  Non, frères, je ne me flatte point d'avoir déjà saisi ; je dis seulement ceci : oubliant le chemin parcouru, je vais droit de l'avant, tendu de tout mon être,14  et je cours vers le but, en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus."

 

et 1 Co 9, 23-25:

"Et tout cela, je le fais à cause de l'Evangile, afin d'en avoir ma part.24  Ne savez-vous pas que, dans les courses du stade, tous courent, mais un seul obtient le prix ? Courez donc de manière à le remporter.25  Tout athlète se prive de tout ; mais eux, c'est pour obtenir une couronne périssable, nous une impérissable"

 

 

L'illustration de ce mardi : en quoi ma faiblesse n'est pas une limite à ma course.

 


 

 Crois, le Seigneur te demande ta foi !!


Repost 0