Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : GSF
  • GSF
  • : blog de la fraternité Saint François
  • Contact

Cholettre

Contact

20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 06:57

Pour ce carême, le blog vous propose  tous les mardis, pour relancer notre course vers Pâques une vidéo accompagnée d'une brève lecture spirituelle.

Nous nous inspirerons toujours de cette même parole tirée de la lettre de St Paul Ph 3,12-14:

"je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus.13  Non, frères, je ne me flatte point d'avoir déjà saisi ; je dis seulement ceci : oubliant le chemin parcouru, je vais droit de l'avant, tendu de tout mon être,14  et je cours vers le but, en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus."

 

et 1 Co 9, 23-25:

"Et tout cela, je le fais à cause de l'Evangile, afin d'en avoir ma part.24  Ne savez-vous pas que, dans les courses du stade, tous courent, mais un seul obtient le prix ? Courez donc de manière à le remporter.25  Tout athlète se prive de tout ; mais eux, c'est pour obtenir une couronne périssable, nous une impérissable"

 

 

L'illustration de ce mardi : en quoi ma chute ne m'empêchera pas de remporter le prix.

 

Relèves toi et reprends avec plus d'ardeur, fais confiance au Seigneur!
 

Repost 0
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 06:34

Pour ce carême, le blog vous propose  tous les mardis, pour relancer notre course vers Pâques une vidéo accompagnée d'une brève lecture spirituelle.

Nous nous inspirerons toujours de cette même parole tirée de la lettre de St Paul Ph 3,12-14:

"je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus.13  Non, frères, je ne me flatte point d'avoir déjà saisi ; je dis seulement ceci : oubliant le chemin parcouru, je vais droit de l'avant, tendu de tout mon être,14  et je cours vers le but, en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus."

 

et 1 Co 9, 23-25:

"Et tout cela, je le fais à cause de l'Evangile, afin d'en avoir ma part.24  Ne savez-vous pas que, dans les courses du stade, tous courent, mais un seul obtient le prix ? Courez donc de manière à le remporter.25  Tout athlète se prive de tout ; mais eux, c'est pour obtenir une couronne périssable, nous une impérissable"

 

 

L'illustration de ce mardi : en quoi ta blessure ne t'empêche pas d'atteindre la ligne d'arrivée.

 

 

 


 

 

 

Ton Père du ciel est là!

Repost 0
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 06:04

Nuit.

http://francelotafrique.f.r.pic.centerblog.net/rxiarjvl.jpg

"Mon dieu, mon dieu, pourquoi m'as tu abandonné?" Ps 22

 

St Jean de la croix:

Quand l’hiver envahit notre espace intérieur,
qu’il fait nuit sur nos chemins,
que l’absence se fait silence
et le silence douleur…

 

Mère Thérèsa :

«J’éprouve que Dieu n’est pas Dieu, qu’Il n’existe pas vraiment. C’est en moi de terribles ténèbres. Comme si tout était mort, en moi, car tout est glacial. C’est seulement la foi aveugle qui me transporte, parce que, en vérité, tout est obscurité pour moi. Parfois, l’agonie de la désolation est si grande et en même temps le vif espoir de l’Absent si profond, que l’unique prière que je réussisse encore à réciter, c’est: «Cœur sacré de Jésus, je me confie en Toi. Je comblerai ta soif d’âmes.»

Repost 0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 06:37

http://files.myopera.com/Prayerman/blog/desert03.jpg"En effet, si tes lèvres confessent que Jésus est Seigneur et si ton cœur croit que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé" Rm 10,9

Le désert est aussi ce lieu où isolé, je peux me découvrir en vérité pauvre et faible, dépendant, et fait pour vivre en dépendance de cet Amour immense. Le lieu aussi où je vois que je peux compter sur Lui, qu'Il est Seigneur et Maître de toutes choses. Avec confiance laissons Jésus prendre la place qui est la sienne en nous, ouvrons grandes les portes de nos coeurs et reconnaissons qu'Il est Seigneur!

 

"Ainsi la liberté véritable c'est de dépendre de Dieu, car refuser son obéissance à la loi légitime de Dieu, ce n'est pas liberté mais rebellion, ce n'est pas franchise mais insolence. Ouvrons les yeux chrétiens et comprenons quelle est notre liberté! La liberté nous est donnée non pour secouer le joug, mais pour leporter avec honneur en le portant volontairement. La liberté ne nous est pas donnée pour pouvoir faire le mal, mais pour que nous puissions nous tourner vers la gloire de faire le bien. (...) Mais combien abusons nous de ce grand bien et comme un grand pape (Innocent I) a raison de dire que "l'homme est étrangement déçu par sa propre liberté", Que veux dire que l'homme est déçu par sa liberté?

qu'il n'a pas su faire la différence entre l'indépendance et la liberté, et n'a pas vu que si il était libre, il n'était pas souverain. (...) écoutez ce beau mot de Saint Augustin : "Autrefois j'ai voulu être libre ainsi : j'ai contenté mes désirs, j'ai suivi mes passions insensées ; mais hélas! O liberté malheureuse! En faisant ce que je voulais, j'arrivais où je ne voulais pas!""

Bossuet

Repost 0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 21:21

http://www.commerces-nogentsurmarne.fr/local/uploaded/paragraph/desert-sable.jpg

Sequela Christi! "Mais toi, suis moi!"Jn 21,22

Nous voici au Désert, mais nous n'y sommes pas seul! Jésus est le compagnon qui nous soutient mais aussi cette figure devant qui nous ouvre la piste. Etre chrétien c'est aussi n'être jamais arrivé, être toujours en mouvement, animé par ce désir de "plus grand " et de "plus beau", pèlerin, voyageur infatigable que rien ne pourra arrêter, traqueur passionné sur la piste de l'Amour, se délectant déjà de de ses parfums.

La plus belle quête, celle qui est derrière toute nos quêtes! la suprême aventure! Suivre Jésus, c'est être vivant, car c'est cesser de mettre des barrières à nos désirs les plus purs, qui sont aussi les plus profonds! Confiance, Il t'appelle! N'ayons pas peur d'Aimer avec un A majuscule, car c'est la seule façon d'aimer, et tout notre être est dait pour celà!

 

Mais suivre Jésus ne prend pas forcément la forme que l'on croit.

"Puis, ayant appelé la foule avec ses disciples, il leur dit: Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive." Mc 8,34

C'est exigeant, c'est clair. Mais c'est une exigence qui pousse en avant, élève, fait grandir au lieu d'écraser. C'est l'écho de cette exigence secrète de notre coeur assoiffé. C'est une exigence qui nous rappelle toute notre valeur d'être humain, faits pour ressembler à Dieu.

Notre croix, c'est ces petites et grandes choses de tous les jours que nous n'acceptons pas, où à moitié, que nous refusons de vivre dans l'amour, où nous ne nous investissons, ne nous donnant qu'à moitié, où nous ne voulons pas faire de notre mieux.

      "Lorsque nous désirons suivre Jésus, ne nous étonnons pas s'il ne nous le permet pas tout de suite, ou même s'il ne nous le permet jamais... En effet ses vues portent plus loin que les nôtres ; il veut non seulement notre bien, mais celui de tous...
     Assurément, partager sa vie, avec et comme les apôtres, est un bien et une grâce, et on doit toujours tâcher de se rapprocher de cette imitation de sa vie. Mais...la vraie, la seule perfection, ce n'est pas de mener tel ou tel genre de vie, c'est de faire la volonté de Dieu ; c'est de mener le genre de vie que Dieu veut, où il veut, et de le mener comme il l'aurait mené lui-même...
     Lorsqu'il nous laisse le choix à nous-mêmes, alors oui, cherchons à le suivre pas à pas le plus exactement possible, à partager sa vie telle qu'elle fut, comme le firent ses apôtres pendant sa vie et après sa mort : l'amour nous pousse à cette imitation... Quand sa volonté nous voudra ailleurs, allons où il voudra, menons le genre de vie que sa volonté nous désignera, mais partout rapprochons-nous de lui de toutes nos forces et soyons dans tous les états, dans toutes les conditions, comme lui-même y aurait été, s'y serait conduit, si la volonté de son Père l'y avait mis comme elle nous y met."

Charles de Foucauld
Méditation 194 sur les Evangiles

 

 CONFIANCE IL EST LA, IL TE CONNAIT, IL T'AIME, IL T'APPELLE!

Repost 0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 06:22

Beauté du Désert!

 

Puisque le Carême est aussi une question de temps,

de temps à prendre et de temps à donner,

à nous de vivre celui de la Beauté.

Le temps d'ouvrir les yeux et de voir la beauté qui m'entoure, celle de la Création, celle du projet de Dieu en train de s'accomplir dans ma vie, de sa merveilleuse pédagogie, sa présence en ceux qui m'entourent...le temps de s'arrêter! Contempler cette beauté qui est transparente de Dieu. La beauté de la Création, d'une liturgie, d'un regard, d'un geste fut pour beaucoup occasion de découvrir la Présence de Dieu.

 

"En répandant milles grâces, il a passé par ces bocages, et les parcourant du regard, par son seul Visage, les a laissé revêtu de beauté." St Jean de la Croix.

 

St Bonaventure nous invitait à contempler la beauté de notre âme avec sa soif d'infini, son désir d'absolu, sa pureté, pour nous aider à percevoir pour quelle Beauté nous sommes faits, pour quel Amour...que nous puissions entendre...

 

Ez 18,32 :"Pourquoi vouloir mourir maison d'Israël? je ne prend de plaisir à la mort de personne, déclare le Seigneur: convertissez vous et vivez" Choisis la Vie!

et la Gloire de Dieu se lèvera sur toi et "alors tu verras et seras radieuse, ton coeur tressaillira et se dilatera" Is 60,5

 

Nous voici à la mi-carême! temps de joie et d'action de grâce pour le chemin parcouru et pour celui qui s'ouvre à nos pas. Que les voiles de nos âmes se laissent gonfler par le souffle du Saint Esprit!

 

 

 

 

Repost 0
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 06:21

 

Nous approchons des 3 semaines de Carême...

Ce temps privilégié pour nous laisser transformer un peu plus à la ressemblance de l'Amour, en nous laissant rapprocher du Christ.

Ce temps privilégié pour nous rappeler que notre religion est une relation avec ce Quelqu'un qui est Amour, et qu'une relation... ça s'entretient!

Ce temps privilégié pour se remettre en tête que toutes les beautés de ce monde ne sont belles que parce qu'elles évoquent une Beauté plus grande, source de tout...

 

A cette occasion, une petite réflexion poétique d'un grand théologien, ami de St François qui était aussi poète et mystique :

 

"En prenant simplement conscience de ce que nous faisons, nous pourrions ainsi, à chaque seconde, renouveler notre contact avec le Dieu vivant, qui demeure intimement présent à toute créature, et qui révèle en chacune, au regard attentif, quelque trait encore inaperçu du Visage éternellement nouveau.

"Faire les grandes choses comme les grandes, à cause de la majesté de Jésus Christ qui les fait en nous et vit notre vie, dit Pascal, et les grandes comme petites et aisées, à cause de da toute-puissance."

 

Beaucoup d'âmes se sont détachées de la prière qui l'avaient rivée à deux ou trois formules dont la saveur était depuis longtemps épuisées. Mais il y a autant de voies qu'il y a de rencontres dans le jour. Et le silence qui écoute est encore la plus belle.

 

D'autres se sont découragées qui n'avaient rien obtenu, oubliant que ce qu'il s'agit d'obtenir est le don de soi-même.

D'autres encore ont réduit leurs oraisons à une part dérisoire, sous prétexte qu'elles étaient dans le monde et non pas au couvent, comme si les choses visibles ne tiraient toute leur séduction de la lumière invisible qui fait chatoyer leur plis.

Est ce que la poèsie ne naît pas à l'instant précis où l'objet, délié de ses contours matériels, se profile soudain sur cette Présence impalpable qui le nimbe de splendeur?

 

Tous les artistes qui ont fait quelque chose de grand avouent qu'ils n'y sont parvenus quand ce n'était plus eux, quand ils n'ont plus fait qu'obéir, en s'identifiant au mystère de la Source.

 

     François d'Assise dont l'âme translucide percevait avec tant de clarté la tendresse divine qui fait de toutes choses un seul univers, François d'Assise a montré comment la contemplation d'un saint peut sympathiser avec la jubilation du poète, avec toute cette prière informulée  qui remplit d'action de grâce les yeux rajeunis d'admiration, quand ayant lui-même perdu la vue, vêtu d'un sac et les pieds nus, portant les plaies du Crucifié et riche de son seul amour, il entonna la louange des créatures, le Cantique du Soleil..."

 

Maurice Zundel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 06:38

 

le désert c'est aussi le lieu du combat, donc de la persévérance... voici quelques citations de saints et de mystiques sur le combat spirituel :

 

L'abbé Jean Colobos a dit : "Je suis comme un homme assis sous un grand arbre et qui voit venir à lui beaucoup de bêtes sauvages et de serpents. Chaque fois qu'il ne peut leur résister, il court monter dans l'arbre et il est sauvé. C'est ce que je fais, moi aussi : je suis assis dans ma cellule et j'observe les mauvaises pensées qui m'assaillent et quand je défaille devant elles, je me réfugie en Dieu par la prière, et je suis sauvé de l'Ennemi."
Sentences des Pères du désert, Jean Colobos, 12

Je ne comprends pas ces peurs : démon ! démon ! lorsque nous pouvons dire Dieu ! Dieu ! et le faire trembler. Oui, car nous savons qu'il ne peut bouger sans que le Seigneur le lui permette.
Sainte Thérèse d'Avila, Autobiographie, chap. 25

 

Le souvenir de Dieu bannit tous les péchés.
Saint Jérôme, Sur le chap. 22 d'Ezechiel


Les démons sont les sbires et tortionnaires du Très-Haut, chargés, soit de faire expier leurs anciennes fautes à ceux qu'Il aime, soit d'obliger les bons religieux qui pèchent par ignorance à mieux s'examiner la conscience.
Saint François d'Assise, Conversation

 

Le démon ne tente que les âmes qui veulent sortir du péché et celles qui sont en état de grâce. Les autres sont à lui, il n'a pas besoin de les tenter.
Saint Curé d'Ars, Sermon (1° dimanche de Carême)

Tant qu'un homme n'est qu'un simple particulier, un marin ou un laboureur, les ennemis du roi ne s'arment guère contre lui. Mais s'ils voient ce même homme prendre l'insigne de son roi, s'armer d'un bouclier, d'un poignard, d'une épée et d'un arc, revêtir la tenue de soldat, alors ils grincent des dents contre lui et font tous leurs efforts pour le perdre. Aussi ne dormons pas.
Saint Jean Climaque, L'Echelle Sainte

 

Rien n'est aussi nécessaire que d'apprendre à combattre, car c'est dans la tentation qu'on apprend à se connaître tel qu'on est. C'est dans les tentations qu'on voit ce qu'est le fond. Combien les tentations sont merveilleusement utiles ! Elles deviennent aussi profitables que les vertus à celui qui voudrait considérer attentivement cette utilité. De même que la grâce est nécessaire, la tentation, elle aussi, est nécessaire, car c'est dans la tentation que la vertu est conçue et c'est aussi en elle qu'elle s'achève : il lui faut cette épreuve pour devenir réelle.
Jean Tauler, Sermon, 75

 

via le site spiritualité chrétienne

Repost 0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 06:00

Cette année le blog du gsf veut également entrer dans le temps béni du Carême.

Alors chaque vendredi... pas de nouvelles sur le monde extérieur, mais une parole, une image, un texte pour se retourner vers l'intérieur... Non pas pour se centrer sur soi, mais pour se recentrer sur Celui qui présent en nous.

Prendre le temps de retrouver cette Présence intérieure, Jésus plus intime à nous même que nous même. Cette Présence qui, retrouvée par François, l'embrasa au point de vouloir être pauvre de tout pour lui laisser toute la place.

 

 

 

"Bien tard je Vous ai aimée, ô Beauté toujours ancienne et toujours nouvelle,
Bien tard je Vous ai aimée !
Et voici que Vous étiez au-dedans, et moi au-dehors
et c'est là que je Vous cherchais,
et sur la grâce de ces choses que Vous avez faites,
pauvre disgracié, je me ruais !
Vous étiez avec moi et je n'étais pas avec Vous ;
elles me retenaient loin de Vous, ces choses qui pourtant,
si elles n'existaient pas en Vous, n'existeraient pas !
Vous avez appelé, Vous avez crié et Vous avez brisé ma surdité ;
Vous avez brillé, Vous avez resplendi et Vous avez dissipé ma cécité ;
Vous avez embaumé, j'ai respiré et haletant j'aspire à Vous ;
j'ai goûté, et j'ai faim et j'ai soif ;
Vous m'avez touché, et je me suis enflammé pour Votre paix. "

St Augustin

 

 C'est pourquoi je vais la séduire, je la conduirai au désert et je parlerai à son cœur.

Là, je lui rendrai ses vignobles, et je ferai du val d'Akor une porte d'espérance. Là, elle répondra comme aux jours de sa jeunesse, comme au jour où elle montait du pays d'Égypte

Il adviendra, en ce jour-là - oracle de Yahvé - que tu m'appelleras » Mon mari », et tu ne m'appelleras plus » Mon Baal

Os 2, 15-16

 

Repost 0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 03:51

« Je te l’ordonne : Éveille-toi, ô toi qui dors, je ne t’ai pas crée pour que tu demeures captif du séjour des morts. Relève-toi d’entre les morts » 

« Que se passe-t-il ? Aujourd’hui, grand silence sur la terre; grand silence et ensuite solitude parce que le roi sommeille.

« La terre a tremblé et elle s’est apaisée » (Ps 75, 9), parce que Dieu s’est endormi dans la chair et il a éveillé ceux qui dorment depuis les origines. Dieu est mort dans la chair et le séjour des morts s’est mis à trembler. C’est le premier homme qu’il va chercher, comme la brebis perdue. Il veut aussi visiter « ceux qui demeurent dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort » (Lc 1, 79). Oui, c’est vers Adam captif, en même temps que vers Ève, captive elle aussi, que Dieu se dirige, et son Fils avec lui, pour les délivrer de leurs douleurs.

Le Seigneur s’est avancé vers eux, muni de la croix, l’arme de sa victoire. Lorsqu’il le vit, Adam, le premier homme, se frappant la poitrine dans sa stupeur, s’écria vers tous les autres : « Mon Seigneur avec nous tous ! » Et le Christ répondit à Adam : « Et avec ton esprit. » Il le prend par la main et le relève en disant : « Éveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera (Ep 5, 14). C’est moi ton Dieu, qui pour toi, suis devenu ton fils; c’est moi qui, pour toi et pour tes descendants, te parle maintenant et qui, par ma puissance, ordonne à ceux qui sont dans tes chaînes : Sortez. A ceux qui sont endormis : Relevez-vous. Je te l’ordonne : Éveille-toi, ô toi qui dors, je ne t’ai pas crée pour que tu demeures captif du séjour des morts. Relève-toi d’entre les morts : moi, je suis la vie des morts. Lève-toi, œuvre de mes mains; lève-toi, mon semblable, qui as été créé à mon image.

Éveille-toi, sortons d’ici. 

Car tu es en moi, et moi en toi, nous sommes une seule personne indivisible. C’est pour toi que moi, ton Dieu, je suis devenu ton fils; c’est pour toi que moi, le Maître, j’ai pris ta forme d’esclavage; c’est pour toi que moi, qui domine les cieux, je suis venu sur la terre, et au-dessous de la terre; c’est pour toi, l’homme, que je suis devenu comme un homme abandonné, libre entre les morts; c’est pour toi, qui es sorti du jardin, que j’ai été livré aux Juifs dans un jardin et que j’ai été crucifié dans un jardin. Vois les crachats sur mon visage; c’est pour toi que je les ai subis afin de te ramener à ton premier souffle de vie. Vois les soufflets sur mes joues: je les ai subis pour rétablir ta forme défigurée afin de la restaurer à mon image. Vois la flagellation sur mon dos, que j’ai subie pour éloigner le fardeau de tes péchés qui pesait sur ton dos. Vois mes mains solidement clouées au bois, à cause de toi qui as péché en tendant la main vers le bois. Je me suis endormi sur la croix, et la lance a pénétré dans mon côté, à cause de toi qui t’es endormi dans le paradis et, de ton côté, tu as donné naissance à Eve. Mon côté a guéri la douleur de ton côté; mon sommeil va te tirer du sommeil des enfers. Ma lance a arrêté la lance qui se tournait vers toi.

Lève-toi, partons d’ici.

L’ennemi t’a fait sortir de la terre du paradis; moi je ne t’installerai plus dans le paradis, mais sur un trône céleste. Je t’ai écarté de l’arbre symbolique de la vie; mais voici que moi, qui suis la vie, je ne fais qu’un avec toi. J’ai posté les chérubins pour qu’ils te gardent comme un serviteur; je fais maintenant que les chérubins t’adorent comme un Dieu. Le trône des chérubins est préparé, les porteurs sont alertés, le lit nuptial est dressé, les aliments sont apprêtés, les tentes et les demeures éternelles le sont aussi. Les trésors du bonheur sont ouverts et le royaume des cieux est prêt de toute éternité » 

 

Homélie ancienne pour le grand et saint Samedi (attribuée à Épiphane de Salamine, évêque de Chypre, vers 400)

 

Repost 0