Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : GSF
  • GSF
  • : blog de la fraternité Saint François
  • Contact

Cholettre

Contact

4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 14:11
Bonjour tout le monde,
 
je vous écrit enfin pour vous faire part, comme Père Daniel me l'a demandé depuis longtemps, du témoignage que j'ai fait auprès des classes de seconde de mon lycée.
Voilà donc en quelques lignes comment s'est passée après le chapitre des familles, une journée pas comme les autres pour moi ... et pour mon lycée.
 
Dimanche 24 Mai 2009 : Depuis ce week-end, après le témoignage d'un jeune au camp sur son expérience de partage avec des camarades, j'ai ressenti un puissant appel à témoigner moi de même dans mon lycée... Appel fort certes, mais intriguant... Inquiétant ?!!! Sûrement pas: "Allez Thierry vas-y à fond et te pose pas de questions sinon c'est mort !!!" ; voilà ce que le Seigneur faisait résonner dans mon Coeur et dans ma Tête lorsque le malin pensait pouvoir me faire douter, la prière et le Seigneur m'en ont décroché !!! J'ai prié alors ce Dimanche, et j'ai décidé d'aller le lendemain, voir le coordinateur de mon Lycée pour lui demander de faire mon intervention le Mardi même. Evidement le malin est toujours présent...
 
Lundi 25 Mai 2009 : Difficile d'accéder au coordinateur, à croire que tout est fait pour que je n'y arrive pas mais en fin de journée alors que les cours sont terminés, j'arrive enfin à lui parler et il accepte avec étonnement... Il me dit même : "Je serai dans mon bureau demain avant 8h donc si tu veux annuler tu peux venir me voir" sans même réfléchir je réponds avec force et puissance : "Ah mais je ne changerai pas d'avis !!!". J'ai dû le dire d'une manière... je ne sais pas trop, intrigante, oui, car il m'a regardé bizarrement !!! La force de Dieu éveille les Coeurs et soulève les Ames !!! Après cette journée de cours j'ai pu aller à l'adoration perpétuelle, que notre évêque a instauré depuis le 25 Mars 2009. J'ai alors prié et invoqué l'Esprit Saint afin qu'il me donne le force, les mots, l'Amour pour parler à mes camarades. Le soir dans mon lit j'ai prié de nouveau et j'ai ouvert la Bible ; je suis tombé sur une parole que j'ai utilisée lors de mon témoignage.
 
Mardi 26 Mai 2009 : 8h du mat', j'arrive à mon Lycée et alors que tout le monde se demande qui est l'intervenant que leur annoncent tous les profs je descends dans le foyer attendant mes auditeurs... Un peu de pression, de stress... C'est pas bon alors prions !!! Je prie intérieurement et j'entend la salle se remplir petit à petit, j'ouvre les yeux quelques sourires me font signe, des regards étonnés, intrigués... Une prof introduit mon témoignage et c'est parti pour 50 premières minutes, jusqu'à 9h à peu près. J'ai tout d'abord expliqué ce dont j'allais parler, les camps, mais plus globalement ma foi en général, ma vie de catholique pratiquant. J'ai alors ouvert mon coeur et sans cesse répété à mes auditeurs, que je leur parlais avec mon Coeur et que ce n'était pas moi qui parlais mais Dieu à travers moi. J'ai parlé du chapitre des familles et de l'appel que j'avais ressenti, je leur ai parlé des sacrements en toute simplicité, me sont venus à chaque fois des points qui me rapprochaient d'eux... Le sacrement de réconciliation, j'ai demandé juste pour savoir qui l'avait fait... Tout le monde. Pas étonnant du tout, et puis les autres, communion, ... J'ai parlé de ma vie personnelle, oui quand on témoigne, on se met à nu quelque part devant ces gens, on est obligé de leur partager beaucoup de choses, parfois très personnelles, évidement dans une certaine mesure !!! Et moi même j'ai failli pleurer en parlant de souvenirs douloureux, de moments difficiles, dans lesquels Dieu avait été omniprésent. Et vous aussi !!! Toute la communauté vous m'avez aidé à surmonter des séparations douloureuses dans ma famille. J'ai aussi raconté la vie de Saint François en appuyant sur les moments clés de sa vie. Le Seigneur m'a donné des paroles très puissantes qui ont touché bon nombre de mes camarades... ils me l'ont dit et répété, plusieurs fois après. Chacun ayant entendu ce qui le touchait personnellement, ils m'ont partagé certains, ce qui les avait bousculés le plus, ce dans quoi ils s'étaient reconnus. Des profs ont applaudi mon courage et ma force... rien n’est à moi, rien ne vient de moi, c'est Dieu qui me le donne !!! Une force, une puissance, une vérité déstabilisante pour tous ces jeunes qui m'ont écouté. Le Seigneur a parlé à travers moi et a touché dans leurs coeurs, son Amour toujours présent.
 
Je ne puis réellement décrire combien je me sentais heureux, joyeux et fort après ce témoignage. On reçoit bien plus que ce que l'on donne, quand Dieu nous dit : "Je te rendrai le centuple de ce que tu m'as donné", Dieu vise petit... j'ose le dire... j'ai reçu bien plus !!!
 
Gloire à Dieu, loué sois Tu et guide nous Seigneur sur tes chemins d'Amour, de Joie et de Vérité parfaite.
 En union de prière, en Jésus par Marie,

Thierry

 

Repost 0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 07:24
à Lyon les prêtres lyonnais ont décidé de donner un mois de salaire à une association caritative pour soutenir ceux malmenés par la crise financière!!
 
Repost 0
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 16:29
Qui est Mother Angelica?
Une clarisse qui vient de recevoir du pape la medaille "pro ecclesia e pontifice", le plus grand honneur qu'un pape puisse faire à un laic ou à un religieux, pour son étonnante d'oeuvre d'évangelisation.

Désormais agée de 86ans, Pauvre clarisse de l'adoration perpetuelle elle a fondé le monastère de Notre dame des Anges en 1961 dans l'Alabama, et créa dans le garage de ce monastère EWTN, "Eternal World Television Network", des programmes télévisés qui touchent actuellement plus de 150 millions de foyers dans plus de 140 pays! 

via americatho

d'autres info en anglais sur Mother angelica ici
Repost 0
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 00:00

Tony Blair a grandi dans l'Eglise anglicane et a été accueilli dans l'Eglise catholique en décembre 2008.

Dans une interview à l'Osservatore Romano (journal quotidien qui édite les discours du Saint-Père et les informations sur l’activité du Saint-Siège, sur les événements de l’Eglise), il dit : « Mon voyage spirituel a débuté quand j'ai commencé à aller à la messe avec ma femme. Puis quand nous avons décidé de baptiser nos enfants dans la foi catholique » puis « C'est un chemin qui s'est poursuivi pendant 25 ans, peut-être un peu plus ». « Avec le temps, sur le plan émotionnel, intellectuel et rationnel, il m'a semblé que la religion catholique était la bonne maison pour moi ». « Petit à petit, je sentais que l'Eglise catholique était ma maison. Et cela pas seulement pour son magistère et sa doctrine, mais pour sa nature universelle ».

 

Toujours dans cette interview, voici quelques-uns de ses propos sur la place centrale de la religion dans la construction de la société :

« La religion a un rôle central, unique au sein de la société et pour son développement » 

« il est extrêmement important qu'il y ait un aspect religieux » dans le monde politique : « ce n'est un hasard si le pape écrit qu'un humanisme sans Dieu est inhumain »

« pour être harmonieuse, une société doit laisser un espace à la foi ».

Même si « beaucoup de personnes veulent garder la religion hors de la sphère publique », « la foi a tout à fait le droit d'entrer dans cet espace et de s'exprimer » et « elle ne doit pas se taire ».

 

 

via anuncioblog

 

 

 


Repost 0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 00:21


St Joseph de Coppertino que nous fêtons aujourd'hui est un des plus célèbres saints de la famille franciscaine.

Il est né le 17 juin 1603 dans une famille de pauvres artisans. Son père étant mort avant sa naissance en laissant de nombreuses dettes, sa mère Francesca Panara aurait accouché dans une étable!
Dieu lui donna très tôt des grâces mystiques étonnantes, puisqu'il fut surpris plusieurs fois à l'âge de 8 ans, tombé en extase à l'école...
Il restait ainsi loin des choses du monde, le regard fixe et la bouche béante ce qui lui avait valu de la part de ses camarades le surnom peu gracieux de "Bocca Apperta" ("bouche béante")

De plus il ne brillait guère par ses qualités intellectuelles au point que sa propre mère désesperait de le voir bon à rien. Il avait de plus de fréquentes maladies et développa à 7 ans un ulcère gangrenneux qui fut guéri par un saint homme. Très jeune son caractère était très irascible, et sa mère eut bien du mal à le surmonter.
Il dira plus tard qu'il n'avait pas eu besoin de noviciat tant sa mère l'avait déjà bien entraîné!

Après un apprentissage chez un cordonnier, il essaya de rentrer chez les freres mineurs conventuels à 17 ans, mais fut refusé en raison de son manque d'intelligence.
Il réussit en 1620 à entrer en tant que frère convers chez les capucins, mais son manque d'aptitude et ses nombreuses distractions finirent par le rendre insupportables aux autre frères qui le mirent à la porte: tombant souvent en extase il en oubliait ce qu'il faisait, laisant tomber la nourriture, ou brisant des assiettes. En pénitence des morceaux des plats brisés avaient été accrochés à son habits pour l'humilier et lui rappeler de ne pas recommencer mais il était bien incapable de faire autrement.
Très humble et conscient de ses défauts, il disait à ses frères "me supporter vous obtiendra beaucoup de grâces"
Il ne pouvait même pas servir le pain car il oubliait la différence entre la pain blanc et le pain bis. Aussi finirent ils par lui reprendre son habit.

Finalement, ce fut le supérieur du monastere de Grottela qui le prit en pitié et discernat sa sainteté, l'admit en tant que serviteur pour s'occupper de la mule du couvent, puis l'accepta parmi les frères en espérant qu'il réussirait à apprendre assez pour être ordonné. Hélas, le pauvre frère ne savait commenter qu'un unique passage de l'écriture "Heureux le ventre qui t'a porté!", verset qu'il méditait sans cesse, en raison de sa grande vénération et de son amour pour Marie.

Par un bienfait de la Providence divine, lors de l'examen du diaconat, l'évèque ouvrant au hasard la bible pour l'interroger... tomba sur ce même verset qu'il sut alors commenter avec beaucoup d'amour et de sagesse.

Le dernier examen avant l'ordination était fait par un evêque très exigeant qui avait convoqué tout le groupe des jeunes diacres. Il commença par interroger les premiers, sujets d'élites qui répondirent parfaitement, et considérant que tout le groupe devait avoir le même degré de science il les admit tous, saint Joseph de Coppertino put ainsi être ordonné prêtre. Ces anecdotes sont également les raisons pour lesquelles il est désormais le saint patron des étudiants.

Mais il est aussi le patron des aviateurs, car après son ordination, l'une des grâce qu'Il plaisait à Dieu de lui accorder souvent était de... s'envoler! ce qui lui valut bien des soucis avec l'inquisition et le surnom de "frère volant".
On le trouvait souvent perdu en extase en lévitation, parfois plusieurs mètres au-dessus du sol. La simple vue d'un objet de piété (crucifix, image de Marie,...) ou un agneau dans un champ lui faisant songer à l'Agneau de Dieu et suffisait à le faire s'envoler involontairement!

Ces transports aériens, ces vols dans l'espace furent si habituels à notre Saint que les actes du procès de canonisation en rapportent plus de soixante-dix survenus dans le seul territoire de Cupertino, aussi peut-on affirmer sans crainte, que durant la
moitié peut-être de sa vie, ses pieds n'ont point touché le sol.


Il mourut le 18 septembre à Osimo où se trouve encore son corps dans la basilique portant son nom.
nous gardons de lui cette citation interessante: "C'est sur terre que se fabriquent les saints!"

voici l'oraison pleine d'humour de sa fête:

Je suis mort au monde et ma vie est cachée en Dieu avec le Christ.

Le Seigneur a conduit le juste par les voies droites

- Et lui a montré le royaume de Dieu.

O Dieu, qui avez voulu attirer toute chose à votre Fils unique, Jésus-Christ, faites que, par les mérites et à l’exemple de votre séraphique confesseur Joseph de Cupertino, nous élevant au-dessus de toutes les cupidités terrestres, nous méritions d’arriver à celui qui, avec vous et le Saint-Esprit, vit et règne dans les siècles des siècles. - Amen.








Prière pour les examens

O bienheureux Joseph de Cupertino, qui aimez à vous montrer favorable envers vos dévoués serviteurs, je viens implorer votre aide pour cet examen que je dois subir. Malgré mon travail, ma bonne volonté, je crains de me laisser troubler et de ne pouvoir répondre convenablement. Rappelez-vous que vous vous êtes trouvé dans la même difficulté et que par l’obéissance et la puissante protection de votre père spirituel vous en êtes sorti heureusement. Faites de même à mon égard. Accordez-moi l’assurance dans mes réponses, donnez à mon intelligence la promptitude et la vivacité. Je vous le demande pour l’amour de Jésus, de Marie et de saint François dont vous fûtes l’enfant et le serviteur fidèle. En vous je me confie, très saint Patron des examens, et je suis convaincu que mon espoir ne sera pas trompé.



 



Repost 0
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 11:47

Evangéliser les évangéliques

Voici le témoignage de Richard Borgman, ancien pasteur évangélique converti au catholicisme, publié dans l’ouvrage Dieu est de retour au chapitre Proposer la foi catholique aux autres religions.

Né en 1947 aux Etats-Unis, Richard Borgman est adopté par une famille méthodiste. Il rencontre le Seigneur en 1972 à la faveur de la guérison et de la conversion de sa femme Danelle. Tous deux intègrent une communauté protestante et, en 1976, ils s’installent en Afrique où Dieu les appelés ; ils témoignent pendant quinze années par la compassion et la proclamation de la Parole. En 1998, Richard découvre l’amour maternel de Marie, qui le guérit de la blessure d’abandon qui le poursuivait. Il devient catholique, ainsi que Danelle. Sa conversion au catholicisme bouleverse sa vie, mais une chose ne change pas : toute sa vie est dédiée à l’évangélisation. Cependant, il ne peut plus être missionnaire de la même manière, et il se met à chercher à comment être un missionnaire catholique. C’est alors qu’il découvre, providentiellement, le message de Paray-le-Monial : « voici ce cœur qui a tant aimé les hommes et qui n’a reçu en retour qu’indifférence ». Il comprend qu’il touche au but. Ce qui caractérise l’évangélisation catholique, selon lui, c’est la Miséricorde. Faire connaître la Miséricorde de Dieu aux hommes d’aujourd’hui est pour lui le premier défi de l’évangélisation.

L’Eglise, c’est la communion des saints

« L’Eglise équivaut pour moi à la Communion des saints, une communion entre l’Eglise des apôtres et l’Eglise glorifiée. L’Eglise est surtout la famille par excellence que le cœur de l’homme recherche. Pendant mes 25 ans de vie comme pasteur et missionnaire évangélique, j’ai toujours ressenti que malgré le fait que j’avais rencontré Jésus pour le Salut, il me manquait encore profondément quelque chose. Avec Jésus nous avons tout, n’est-ce pas ? Mais quand Jésus m’a présenté à Sa Mère, je me suis rendu compte que dans un certain sens, Jésus seul ne suffit pas ! »

La profonde recherche du cœur de l’homme

Pour Richard, « le cœur de l’homme cherche profondément Jésus, Marie et une Famille – qui est l’Eglise. En réalité, mon cœur n’a été réellement comblé que le jour où j’ai trouvé l’Eglise catholique. Il y a de très bonnes choses chez les évangéliques, mais malgré tous les défauts et les imperfections de la Famille, elle tient debout depuis 2000 ans.»

Pourquoi les catholiques devraient-ils évangéliser les évangéliques s’ils connaissent eux aussi le Christ et qu’ils ont tous en commun le kérygme ? [Kérygme = énoncé premier de la foi, la profession de foi fondamentale des premiers chrétiens : Jésus-Christ est le Messie, le fils de Dieu ; il est ressuscité, et celui qui parle en rend témoignage personnellement ; appel à la conversion.]

« Comme une de mes élèves me l’a dit un jour, raconte Richard, la plupart des évangéliques aime Jésus… « mal ». Car Jésus n’est pas Jésus sans son Corps. Voilà l’importance de la Communion des Saints. Bien sûr, le Christ est une personne divine que l’on peut connaître et aimer. C’est pourquoi il ne faut pas évangéliser les évangéliques pour leur faire aimer Jésus comme la tête de l’Eglise. Il faut les évangéliser pour leur faire aimer le Corps du Christ. Ce corps du Christ, c’est l’Eglise, car elle est son épouse vivante. Si l’on dit parfois que catholiques et les évangéliques ont en commun le kérygme, pour moi, le kérygme des évangéliques et le kérygme des catholiques sont différents de forme et de fond. Une évangélisation qui n’inclut pas une conversion au niveau de la compréhension profonde de ce qu’est la Communion des saints se trouve biaisée. Pour prendre une métaphore, ce serait comme soutenir que la tête d’une personne serait la personne toute entière. »

« Ainsi, poursuit Richard, j’ai assisté à un certain nombre de rassemblements catholiques qui n’étaient pas « kérymatiquement corrects » : ils reflétaient plutôt un protestantisme pur, habillé en tenue catholique. Nous ne pouvons pas oublier que l’Eglise est l’épouse vivante du Christ vivant, que Jésus est présent dans l’Eucharistie, etc. Ma conversion au Christ dans sa plénitude s’est passée au moment de la compréhension profonde de la Communion des Saints, il y a dix ans. C’est donc la clef de mon retour au Jardin Perdu et cela peut l’être pour d’autres évangéliques. »

Ce qu’on peut apprendre des évangéliques et que leur apporter

« Si nous vivons ce que le catéchisme de l’Eglise catholique nous enseigne, nous n’avons rien à apprendre des évangéliques, y compris en ce qui concerne la lecture régulière de la Bible ! Nous avons en revanche à les aimer et leur présenter la vérité que l’Eglise catholique enseigne depuis 2000 ans. Le seul problème réside dans le fait qu’un petit nombre de catholiques ne connaissent pas ou ne vivent pas ce que l’Eglise a toujours enseigné. Personnellement, j’ai tourné en rond dans mon monde évangélique jusqu’au moment où le Christ crucifié m’a présenté à Sa Mère et le reste de la Famille catholique. Tourner en rond, cela peut aussi nous arriver, d’une certaine façon, à nous catholiques, quand nous refusons la totalité du message. »

Evangéliser les évangéliques en vivant la plénitude de la Révélation

« Pour évangéliser les évangéliques, poursuit Richard, il nous faut être de vrais catholiques, en public comme en privé. Arrêtons d’être trop polis et trop discrets car c’est au prix de l’amour tenace de la Croix. N’invitons des pasteurs dans nos diocèses ou dans nos rassemblements catholiques que s’ils sont assez ouverts pour venir comme des chercheurs de vérité. Savez-vous combien il est facile de devenir pasteur évangélique ? Essayez de devenir prêtre avec un ou deux ans d’études, même si vous avez un charisme extraordinaire. Ce n’est pas pour critiquer, mais l’enseignement pluriséculaire de l’Eglise, son Magistère, les encycliques… sont des trésors pour notre foi et c’est tellement vrai qu’il faut longtemps pour s’en imprégner. Je pense que les catholiques qui deviennent évangéliques sont rarement vraiment catholiques. En effet, il me semble impossible de goûter vraiment à la richesse et à la beauté de Jésus tête et Corps pour ensuite s’en débarrasser. Bien sûr, chacun bénéficie d’une volonté plus ou moins libre mais mon expérience dans cette évangélisation est que tous ceux qui quittent l’Eglise catholique ne vivent pas la plénitude de la Révélation qu’annonce l’Eglise. »

Catholiques et évangéliques ensemble pour évangéliser ?

« Dans notre ministère aux Etats-Unis auprès des plus pauvres, des personnes de toutes confessions viennent pour apprendre comment pratiquer une évangélisation par la Miséricorde avec le porte-à-porte. J’évangélise alors en compagnie de n’importe quelle personne, à la seule condition que cette personne accepte que le message de l’Evangile qu’elle va m’entendre partager est une conversion à aimer la Trinité, Marie et l’Eglise. Enlevez Marie et l’Eglise catholique et vous n’avez plus d’Evangile. Sans eux, vous n’avez qu’une partie de l’Evangile. Peut-on annoncer une Bonne Nouvelle amputée, donc faussée parce qu’elle n’est pas entière ? »

 

Ce qui a changé dans la vie d’un pasteur devenu catholique

« Ce qui a changé le plus depuis que je suis devenu catholique ? C’est que j’essaye de vivre une vie catholique, justement. Cela me remplit de bonheur. Je médite le Rosaire tous les jours, je prie réellement avec mon épouse. J’aime la messe, l’adoration avec Jésus présent dans l’Eucharistie. Je médite la Miséricorde. Surtout, Jésus crucifié a transformé mes blessures d’amertume en blessures de Miséricorde. Cela n’empêche pas que je suis de plus en plus intrigué par la façon avec laquelle beaucoup de catholiques vivent comme des protestants. J’ai d’ailleurs constaté que ceux qui passent plus de temps avec les protestants qu’avec les catholiques reviennent souvent avec un Evangile affaibli et une certaine agressivité contre Marie, le Pape et les sacrements. D’où mon envie encore plus grande de les faire aimer ! »

Marie, étoile de l’évangélisation ?

« C’est Marie qui m’a évangélisé comme une étoile évangélise la nuit. »

A propos des réticences des protestants à l’égard de la Vierge Marie

« Parfois c’est par l’ignorance. Parfois par les blessures comme celles que j’avais quand j’étais à leur place. Sinon je ne me l’explique pas ! »

Après la louange, place à Jésus-Hostie !

A la question de savoir s’il faut s’inspirer des méthodes des évangéliques comme le groupe Hillsong, lesquelles sont parfois décriées comme trop « marketing » pour évangéliser, Richard nous dit : « J’aime beaucoup la louange du groupe Hillsong. Mais après la louange, il faut mettre le Saint Sacrement pour ajouter l’adoration de Jésus présent dans l’Eucharistie. Il suffit de doses « homéopathiques » d’adoration quotidienne devant le Saint Sacrement pour changer l’âme en profondeur, tandis que la louange est seulement une porte d’entrée via des émotions qui ne changent pas nécessairement l’âme profonde. De plus, la louange peut devenir facilement une drogue, tandis que l’adoration silencieuse de Jésus après une vibrante louange assure une conversion profonde. J’aime la louange, mais je préfère une heure d’adoration silencieuse devant Jésus exposé dans le Saint Sacrement qu’une semaine de louange avec Hillsong.

De plus, en tant que catholique, il est parfois difficile de faire du marketing parce que ce que nous avons à offrir est une vie crucifiée. Cela ne se vend pas facilement dans le monde matérialiste d’aujourd’hui ! La différence entre un terroriste et un missionnaire est que le terroriste tue les innocents pour son idéal, tandis que le missionnaire devient martyr pour sauver les innocents. Nous devons donc nous préparer à la Croix plutôt qu’au marketing. »

Sa vision de l’évangélisation telle qu’elle est menée en France

« Vaste question, répond Richard, ennuyé. Pourtant je crois que les séminaires de France doivent mieux s’informer et préparer les futurs prêtres au défi évangélique. Beaucoup sont encore en train de former les prêtres pour faire face à la Reforme, pourtant le vrai défi c’est la colonisation évangélique. Cent millions d’évangéliques aux Etats-Unis sont en train d’envoyer des missionnaires partout pour convertir le monde à leur demi-Evangile. Ils sont sincères, mais ils ont, à mon avis, sincèrement tort. Je ne dis pas cela parce que je suis blessé, je le dis parce que je suis guéri ! Amen !

Ce qui manque selon lui aux catholiques de France pour évangéliser davantage

Pour Richard, il faut « mieux comprendre notre foi catholique pour mieux la partager. Enseigner le catéchisme par des méthodes qui feront adhérer spirituellement le cœur de chacun au contenu ». « Combien de personnes que je rencontre sont baptisées catholiques, qui on eu la confirmation mais qui n’ont aucune réelle idée, à les interroger, de ce qu’est être vraiment catholique ? Ensuite, je proposerais à tous les catholiques d’aller pratiquer régulièrement le porte-à-porte pour écouter les autres et partager leur foi catholique. La foi devient réelle lorsqu’on la partage. »
Repost 0
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 01:18
Qu'arrive-t'il quand une personnes est touchée par la lumière de lumière de la Résurrection et entre ainsi en contact avec la Vie même, avec la Vérité et avec l'Amour? Elle ne peut pas se contenter simplement d'en parler. Parler ne suffit plus. Elle doit chanter.
Benoit XVI homélie de la vigile pascale 2009(magnifique..)

Ouvrons nos coeurs au Christ mort et ressuscité pour qu'Il nous renouvelle, pour qu'Il élimine de notre coeur le poison du péché et de la mort et qu'Il y déverse la sève vitale de l'Esprit Saint : la Vie Divine et Eternelle!
Benoit XVI homélie du dimanche de pâques 2009

L'annonce de la résurrection du Christ illumine les zones d'ombres du monde dans lequel nous vivons. (...)
Que personne ne se mette en retrait dans cette bataille pacifique inaugurée par la Pâques du Christ, Lequel cherche des hommes et des femmes qui L'aident à affirmer Sa victoire avec les mêmes armes, celles de la justice et de la vérité, celles de la miséricorde, du pardon et de l'amour.
Benoit XVI bénédiction pascale Urbi et Orbi 2009
Repost 0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 16:11


Est-ce que je vais refuser la coupe que le Père m'a donné à boire?
Ma royauté ne vient pas de ce monde. Je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci: rendre témoignage à la Vérité.

(St Jean)

Repost 0